Accueil > Exégèse du Coran > Article

Tafsîr Sourate 51 (Adh Dhâriyât) - Verset 47 (Ibn Kathîr)

Jul 18, 2014

Allâh (qu'Il soit glorifié et exalté) dit :

 

 

" Et considère le ciel que Nous avons construit avec Nos mains et dont Nous élargissons constamment l'étendue ! "

 

 

[Sourate 51 - Verset 47]

 

 

Exégèse :

 

 

Al Imâm Ismâ'îl Ibn Kathîr (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit dans son Tafsîr Ul Qur°ân Il 'Azîm :

 

 

" " Et considère le ciel que Nous avons construit " signifie : Nous l'avons édifié tel un toit élevé protégé de la chute ; " avec Nos mains " signifie avec la force, selon l'avis de 'Abdu Llâh Ibn 'Abbâs, Mujâhid, Qatâdah, Ath Thawrî et d'autres ; " et dont Nous élargissons constamment l'étendue ! " signifie : Nous l'avons créé gigantesque et Nous élevâmes son toit très haut et ce sans piliers qui le soutiennent, il se soutient ainsi indépendamment [de toute chose mis à part Allâh]. "

 

 

Al Imâm Ibn Kathîr (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit également dans son œuvre magistrale intitulée Al Bidâyah Wa An Nihâyah :

 

 

" Par « mains », il faut comprendre ici par la force et la puissance. Et l'élargissement dont il est question ici signifie que tout ce qui est haut [dans le ciel] s'élargit. En effet, chaque ciel qui est plus haut que celui qui est au-dessus [d'un autre ciel], est plus large que lui. C'est pour cela que le Kursî (Siège) est plus haut que les cieux et plus large qu'eux tous, tandis que le 'Arsh (Trône) surpasse tout cela de loin. "

 

 

Car le Trône (Al 'Arsh) est au-dessus du Siège (Al Kursî).

 

 

Et nous trouvons également dans l'annotation du Tafsîr Ul Muntakhab de Al Azhar :

 

 

" Ce verset met l'accent sur plusieurs vérités scientifiques. Tout d'abord, le ciel désigne tout ce qui entoure les étoiles et les corps célestes : il est immense et sans fin. De plus, la théorie de dilatation cosmique est devenue une vérité scientifique à notre siècle. "

 

 

Ceci est encore l'un des miracles scientifiques du Qur°ân, qui, il y a 15 siècles, a pu enseigner des vérités scientifiques à tout un peuple pourtant dénué de toutes possibilités de découverte astronomique de ce genre. Et voici par exemple ce qu'à dit l'astronome James Lequeux sur l'historique de la découverte de l'expansion de l'Univers par les non-musulmans sur le site universalis.fr :

 

 

" En 1916 et 1917, Vesto Melvin Slipher et Francis G. Pease mesurent les composantes radiales des vitesses d'un certain nombre de « nébuleuses » grâce à l'effet Doppler-Fizeau qui affecte leurs raies spectrales. En 1919, Harlow Shapley remarque que la plupart de ces objets s'éloignent de nous, mais ne fournit pas d'interprétation satisfaisante à ce phénomène, car il est convaincu qu'ils appartiennent à la Voie lactée. En 1921, Shapley et Heber D. Curtis entament un débat sur la nature des nébuleuses : Curtis est persuadé qu'elles sont en fait des « univers-îles » très éloignés, semblables à notre Galaxie. Cette idée va être confirmée par la résolution en étoiles de certaines nébuleuses et par la mesure de leurs distances grâce à l'utilisation d'étoiles variables, les céphéides. Edwin P. Hubble accumule les observations spectroscopiques de nébuleuses de plus en plus faibles. Il publie, dans le numéro daté du 15 mars 1929 des Proceedings of the National Academy of Sciences, un article, « A Relation Between Distance and Radial Velocity among Extra-Galactic Nebulae », dans lequel il énonce ce qui deviendra la loi de Hubble : la vitesse d'éloignement des « nébuleuses extra-galactiques », que l'on sait aujourd'hui être des galaxies, est proportionnelle à leur distance, estimée statistiquement d'après leur éclat apparent. Cette découverte va jeter le trouble chez de nombreux cosmologistes, et l'hypothèse d'une expansion de l'Univers à partir d'un big bang initial devra attendre plusieurs décennies avant d'être universellement acceptée. "