Accueil > Réfutation du kharijisme wahhabite (salafisme) > Article

L'anathème (takfîr) généralisé des musulmans lancé par Mohammed Ibn 'Abd Il Wahhâb et sa secte

Aou 19, 2014

state-mosque-01

 

Le fondateur de la secte kharijite wahhabite, Mohammed Ibn ‘Abd Il Wahhâb An Najdî, a dit dans son livre intitulé Rasâ°il Ush Shakhsiyyah, avec son arrogance habituelle :

 

 

" Et je vais vous informer sur ma personne – jurant par Allâh en dehors de qui personne ne mérite d’être adoré si ce n’est Lui – j'ai recherché le savoir et ceux qui me connaissaient trouvaient que j'avais du savoir alors qu'en réalité, à ce moment-là, je ne connaissais même pas le sens réel de " il n'y a de divinité qu'Allâh ", ni la religion de l'Islâm, avant cette grâce dont Allâh m'a favorisé. Il en était de même pour mes maîtres, aucun parmi eux ne connaissais tout cela (le tawhîd et l'Islâm). Et si quelqu'un parmi les savants de Al 'Ârid clament qu'ils connaissaient le sens de " il n'y a de divinité qu'Allâh " ou qu'ils connaissaint le sens de l'Islâm avant ce moment [où j'ai été favorisé par Allâh], ou clament au nom de ses maîtres que certains parmi eux connaissaient cela, alors il a menti, affirmé une erreur, trompé les gens et s'est glorifié d'une chose qu'il ne possédait pas ! "

 

 

(lien source : http://islamport.com/d/1/aqd/1/110/305.html)

 

 

Ainsi, donc, ce dernier considère l’ensemble de la ummah qui ne pensait pas comme lui comme étant engoufrée dans la mécréance, et que seul lui pouvait la ramener à l’Islâm, ayant été l’unique favorisé pour cela. Il s’agit bel et bien d’une excommunication généralisée des musulmans, ce qui représente assurément une preuve manifeste de l’égarement de ce sinistre personnage. Et Sayyidunâ Abû Hurayrah (qu’Allâh l’agrée) rapporta à ce titre que le Messager d’Allâh () a dit :

 

 

" Celui qui dit que les gens sont perdus est le plus perdu d’entre eux. " [Muslim].

 

 

Ceci étant, conscient de la mauvaise publicité que lui faisait un tel avis, il n’hésita pas à écrire à l’un de ses contradicteurs :

 

 

" Et parmi les mensonges et calomnies, il y a qu’ils prétendent que nous procèdons a une excommunication généralisée […] " (Fatâwâ Wa Masâ°il, vol.4, p.7).

 

 

(lien source : http://shamela.ws/browse.php/book-11324/page-7#page-7)

 

 

Ceci n’est que pure ruse et tromperie de sa part. Il n’y a qu’à voir comment ce dernier se comportait à l’encontre de tous ceux qui refusaient de le suivre, et tout fut consigné de son vivant même, selon sa propre volonté, par son disciple Husayn Ibn Ghannâm à travers son livre Târîkh Najd (Histoire du Najd). On peut nottament y lire ce qui suit, tel que cité par le wahhabite Madhat Âl Farâj dans son Fath Ul ‘Aliyy Il Hamîd, lorsque le Shaykh Sulaymân Ibn ‘Abd Il Wahhâb et les habitants de sa ville refusèrent de joindre la secte fondée par son frère :

 

 

" Au mois de shawwâl de l’année 1165, les habitants de Huraymilâ apostasièrent, accompagnés de leur juge Sulaymân Ibn ‘Abd Il Wahhâb, le frère de Mohammed Ibn ‘Abd Il Wahhâb. "

 

 

(lien source : http://shamela.ws/browse.php/book-35760/page-71)

 

 

Puis il mentionna divers faits divers entre les deux parties et dit à l’encontre du Shaykh Sulaymân et ses fidèles :

 

 

" Puis ils reprirent les hostilités au cours de l’année 1166 contre les habitants de Dir’iyyah (la capitale de Mohammed Ibn ‘Abd Il Wahhâb), mais ils n’y gagnèrent rien et les musulmans ripostèrent ensuite [contre eux] de nombreuses fois. "

 

 

(lien source : http://shamela.ws/browse.php/book-35760/page-71#page-72)

 

 

Voyez donc comment ces fanatiques parlent d’apasotasie dès qu’on les contrarient et se nomment « musulmans », excluant de facto leurs adversaires de l’Islâm. Et nous pourrions citer une multitude d’exemples de ce type en puisant seulement dans ce seul livre ! Et voici les fruits produits par cette croyance sanguinaire à travers les propos d'éminents théologiens wahhabites des diverses époques de l'Histoire de cette secte :

 

 

Le descendant de Mohammed Ibn Abd Il Wahhâb, le Shaykh Abd Ur Rahmân Ibn Al Hasan Âl Ash Shaykh (d.1285/1868) a dit dans son Fath Ul Majîd (p.76) :

 

 

" Il est connu aujourd’hui que la grande majorité des savants des quatre coins du monde ne connaissent rien du tawhîd si ce n'est ce à à quoi les polythéistes avaient adhéré, et ils ne connaissent pas le sens de la Divinité dans la parole pure " Il ny a de divinité quAllâh ", [divinité] qui est niée pour tout autre quAllâh. Leur idolâtrie a même largement dépassé l'idolâtrie des [anciens] Arabes, car lorsque l'un d’entre eux se trouve dans une situation critique, il appelle de tout son coeur un autre quAllâh et croit que ceci amènera une délivrance plus rapide que celle dAllâh, ceci au contraire des premiers polythéistes qui pratiquaient lidolâtrie en situation daisance mais qui, lorsquils étaient dans des situations délicates, appelaient Allâh en toute sincérité. Ainsi, il est évident que les polythéistes de cette époque sont plus ignorants dAllâh et de Son Unicité que les [anciens] polythéistes Arabes et ceux qui les avaient précédé. "

 

 

(lien source : http://shamela.ws/browse.php/book-2386/page-76)

 

 

Le Shaykh Sulaymân Ibn Sahmân (d.1360/1941) a dit dans son Manhâj Ul Haqq Wa-l-Ittibâ Fî Mukhâlafat Il Jahl Wa-l-Ibtidâ (p.74) :

 

 

" Nous ne connaissons pas ceux qui vivent dans la Péninsule arabique dans leur totalité, mais ce qui est apparent est que la grande majorité dentre eux ne sont pas musulmans. Ainsi, nous ne jugeons pas la totalité dentre eux comme étant mécréants, étant donnée la possibilité quil y ait un musulman parmi eux. "

 

 

(lien source : http://shamela.ws/browse.php/book-12091/page-74)

 

 

Le pseudo-muhaddith Muhammad « Nâsir Ud Dîn » Al Albânî (d.1420/1999) a dit dans son At Tawhîd Awwalan Yâ Du’ât Al Islâm (p.14) :

 

 

" Beaucoup de musulmans aujourd'hui sont pires que ce sur quoi était la masse des arabes au premier temps de la jâhiliyah, du fait de leur déficience dans la compréhension de cette belle parole [lâ ilâha illa Llâh], car les associateurs arabes la comprenaient mais n'y croyaient pas, tandis que la grande majorité des musulmans aujourd'hui disent ce en quoi ils ne croient pas. "

 

 

(lien source : http://arabicmegalibrary.com/pages-4305-08-14.html)

 

 

Le Shaykh Ahmad Ibn Muhammad Bâshamîl (d.1426/2005) a dit dans son Kayfa Nafham At Tawhîd (p.12) :

 

 

" Abû Jahl et Abû Lahab et ceux qui étaient de leur religion parmi les associateurs, croyaient en Allâh et l'Unifiaient dans la Seigneurie, le Seul Créateur, le Seul Pourvoyeur, le Seul qui donne la mort, le Seul qui fait mourir, le Seul qui peut nuire, le Seul qui peut profiter, et ne lui associaient rien en cela. Abû Jahl et Abû Lahab avaient plus de tawhîd en Allâh et de foi saine que ces musulmans qui disent qu'il n'y a pas d'autre divinité excepté Allâh et que Muhammad est le Messager d'Allâh. "

 

 

(lien source : http://shamela.ws/browse.php/book-5023/page-8)

 

 

Et le Shaykh Hammûd At Tuwayjirî a dit dans son Ghurabat Ul Islâm (p.144) :

 

 

" Et comme sont nombreux ceux qui s'affilient à l'Islâm à notre époque ainsi qu'avant eux depuis de nombreuses générations alors qu'ils sont en réalité les alliés du diable et son parti, et comme sont minoritaires les gens de l'islam véritable parmi eux [...] La majorité de ceux qui saffilient à lIslâm à cette époque na même pas pour elle de lIslâm ce qui permettrait de déclarer son sang et ses biens comme étant inviolables. "

 

 

(lien source : http://islamport.com/k/msl/6642/148.htm)

 

 

Le haut fonctionnaire du royaume saoudien Muhammad Sâlih Al Fawzân a dit dans son Sharh Ur Risâlah : Tafsîr Ul Kalîmat It Tawhîd Li Shaykh Al Islâm Muhammed Ibn ‘Abd Il Wahhâb (p.83, ed. Dâr Al Imâm Ahmad) :

 

 

" Beaucoup parmi les savants ne comprennent pas le sens de " ilâha illa Llâh " et ils sont les savants de la jurisprudence, les savants de la grammaire et les savants du hadîth. "

 

 

(parole d’origine : كثير من العلماء لا يفهمون معنى (لا إله إلا الله) وهم علماء في الفقه، علماء في النحو، علماء في الحديث)

 

 

Et le Shaykh Hasân Khân Al Qanûjî Al Hindî (d.1310/1890) a même déclaré dans Dîn Ul Khâlis (vol.1, p.140) :

 

 

" Suivre les écoles [de jurisprudence sunnite] fait parti de l'association (shirk). "

 

 

(parole d’origine : تقليد المذاهب من الشرك)

 

 

Telle est donc la réalité de cette secte de malades mentaux qui n’est ni plus, ni moins, qu’une émanation contemporaine du kharijisme. Nous conclurons par ces propos de l’Imâm As Sayyid Muhammad Ul Amîn Ibn ‘Âbidîn Al Husaynî (qu’Allâh l’agrée) qui a dit dans Radd Ul Muhtâr concernant ceux qui méritent le qualificatif de khawârij :

 

 

" […] Il est suffisant qu’ils soient convaincus de la mécréance de ceux qu’ils combattent, comme cela s’est produit à notre époque avec les disciples de [Mohammed Ibn] ‘Abd Il Wahhâb, qui ont émergé du Najd et pris le contrôle des deux sanctuaires (que sont La Mecque et Médine). Ils prétendaient suivre l’école juridique hanbalite, mais ils croyaient qu’eux seuls étaient musulmans, et que tous ceux qui s’opposaient à leur croyance étaient des associateurs. Sur cette base, ils ont légitimé le meurtre des partisans de la sunnah ainsi que de leurs savants […] "

 

 

" La Vérité est venue et le faux a disparu, car le faux est assurément destiné à disparaître. " (17:81)," C’est à Allâh que nous appartenons et c’est vers Lui que nous retournerons " (2:156), et il n’y a de moyen et de force qu’en Allâh, L’Exalté, L’Immense.