Accueil > Notions de base pour l'étude de l'Islam > Article

Le comportement que le disciple doit adopter vis-à-vis de son maître spirituel ('Abdu Llâh Al Haddâd)

Jul 2, 2014

hbalialjufrihbumarbinhaifdh

Al Imâm Al Habîb 'Abdu Llâh Ibn 'Alawî Al Haddâd Al Husaynî (qu'Allâh l'agrée) a dit :

 

 

" Si tu désires, ô disciple, quelque chose de ton maître, ou si tu veux lui poser une question, le respect et la politesse à son égard ne t’interdisent pas de poser cette question ou de présenter cette requête. Demande-lui une fois, deux fois, ou trois fois. La politesse n’exige pas de garder le silence, sauf s’il te fait comprendre que tu dois te taire et s’il te demande de ne pas lui poser la question. Si tel est le cas, n’insiste pas.

 

 

Si le maître t’interdit quelque chose ou donne la priorité à quelqu’un d’autre, ne sois pas soupçonneux. Sois sûr qu’il fait ce qui est le plus utile et le mieux pour toi. Si tu commets un péché qui le met en colère contre toi, excuse-toi auprès de lui jusqu’à ce qu’il te pardonne.

 

 

Et si tu sens que le cœur du maître n’est plus le même par rapport à toi, comme par exemple si tu ne vois plus le sourire auquel tu étais habitué, parle-lui de ce qui se passe, de ta peur que son cœur n’ai changé à ton égard. Peut-être le maître manifeste-t-il ainsi sa désapprobation à propos d’un acte que tu as commis, et dans ce cas cherche son pardon. Ou peut-être est-ce le diable qui te fait imaginer une chose qui ne correspond à rien chez ton maître. Peut-être le diable essaie-t-il par là de te faire du mal. En apprenant que le maître est content de toi, ton cœur se libérera d’un problème : rien ne se serait passé si tu n’avais pas parlé et si tu t’étais tu, sachant que tu n’avais rien à te reprocher.

 

 

Lorsque tu vois le disciple plein de vénération et de respect pour son maître, lui faisant confiance, le prenant comme exemple, et le traitant avec une grande bienséance, extérieurement et intérieurement, sois certain qu’il héritera inévitablement de la totalité ou d’une partie de son secret, s’il lui survit. "

 

 

Fin de citation.

 

 

Source : Âdâbu Sulûk Il Murîd de l'Imâm 'Abdu Llâh Al Haddâd Al Husaynî. Traduit en français aux éditions Al Bouraq sous le titre Le livre des convenances du disciple.