Accueil > Article

Les mérites des Ahl Us Sunnah ('Abd Ul Qâhir Al Baghdâdî)

Mar 1, 2014

Al Imâm 'Abd Ul Qâhir Al Baghdâdî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit :

« Sache qu'il n'existe pas une seule qualité, de celles que les Musulmans tirent le plus de fierté, dans le domaine des sciences et des connaissances, dans laquelle les Ahl Us Sunnah ne possèdent pas une part prédominante. Ne parlons même pas des Imâms dans les fondements religieux (usûl ud dîn) et les savants de la théologie parmi les Ahl Us Sunnah.

Le premier théologien (mutakallim) chez les Compagnons fut 'Alî Ibn Abî
Tâlib lorsqu'il débattit avec les khawârij au sujet des promesses et des menaces Divines. [1] Il le fit également avec les qadarites à propos du libre-arbitre, et de la détermination et du destin. Après lui ce fut 'Abdu Llâh Ibn 'Umar quand il désavoua Ma'bad Al Jahnî pour son refus de croire au destin.

Le premier à se servir de la science du kalâm ('ilm ul kalâm) sunnite chez les Tâbi'în (Successeurs) fut 'Umar Ibn 'Abd Ul 'Azîz, qui est l'auteur d'un recueil pertinent dans lequel il dénonce les erreurs des qadarites. Puis ce fut Zayd Ibn 'Alî Zayn Ul 'Âbidîn, il écrivit livre également sur le même sujet. Il eut ensuite Al
Hasan Al Basrî et la célèbre lettre qu'il envoya à 'Umar Ibn 'Abd Ul 'Azîz dans laquelle il condamne les qadarites. Puis il y eut [Ibn Shihâb] Az Zuhrî qui soumit la fatwâ à 'Abd Ul Mâlik Ibn Marwân condamnant à mort les qadarites. Puis vint après cette catégorie d'homme Ja'far Ibn Muhammad As Sâdiq, il rédigea un livre dans lequel il fustige les qadarites et dans un autre les khawârij, ainsi qu'un recueil où il condamne les ghulites, la secte des rawâfid.

Le premier à se servir de la science du kalâm parmi les érudits et les grands shuyûkh des différentes écoles juridique fut Abû
Hanîfah et Ash Shâfi'î. Le premier fut l'auteur d'un ouvrage condamnant les qadarites qu'il intitula Al Fiqh Ul Akbar et d'une épître contenant de nombreux propos soutenant l'avis des Ahl Us Sunnah qui affirment que les œuvres découlent d'une volonté propre capable de faire une chose et son contraire. Ash Shâfi'î est l'auteur de deux livres sur la science du kalâm, le premier est Al Barâhimah, et le second est une critique contre les tendances déviantes.

Quant à Al Marîsî, un des partisans de Abû
Hanîfah, il fut d'accord avec les mu'tazilites sur le fait que le Qur°ân est créé et les accusa de mécréance lorsqu'ils soutinrent que les actes sont créés.

Après Ash Shâfi'î, vinrent ses élèves qui concilièrent entre la science du droit ('ilm ul fiqh) et celle du kalâm. Abul 'Abbâs Ibn Surayj fut certainement le plus versé d'entre eux dans ce savoir, il est l'auteur d'une réfutation du livre de Al Jârûf quand ils affirment que toutes les oeuvres se valent. [2]

Puis ce fut l'Imâm Abul
Hasan Al Ash'arî qui leur succéda et qui devint comme une coupure en travers de la gorge des qadarites. Parmi ses élèves les plus célèbres il y a Abul Hasan Al Bahlî, Abû Abdi Llâh Ibn Mujâhid, ce sont ces derniers qui instruirent les Imâms de leur époque tel que Abû Bakr Muhammad Ibn Tayb Al Baqillânî, Abû Is-hâq Ibrâhîm Ibn Muhammad Al Asfarânî et Ibn Fawrûk.

Il eut, avant ce groupe, Abû 'Alî Ath Thaqafî, à la même époque que lui il eut Abûl 'Abbâs Al Qalânisî qui fut l'auteur de plus de 150 ouvrages sur le kalâm.

Nous en croisâmes certains à notre époque semblable à Ibn Mujâhid, Ibn A
t Tayb, Ibn Fawrûk et Ibrâhîm Ibn Muhammad, ce sont tous nos maîtres et nos guides dans cette science.

Quant aux Imâms en droit religieux (fiqh) à l'époque des Compagnons et de leurs Successeurs (Tâbi'în) ainsi que ceux qui viennent après eux (Tâbi Tâbi'în), ils ont, sans conteste, envahi le monde par leur science. Il n'existe pas parmi eux des gens qui ne soutiennent pas la Sunnah, ils sont plus célèbres qu'un drapeau en feu, et il serait trop long de les énumérer. [3]

Quant aux Imâms dans la science du
hadîth ('ilm ul hadîth) et les connaisseurs des chaînes de transmission des adîth ils cheminent tous sur ce sentier pavé de bon sens sur lequel aucune hérésie ne peut les éclabousser. Il y a dans cette catégorie d'homme, suffisamment de livre témoignant de leur notoriété pour nous dispenser de citer leurs noms. [4] La mémoire inaltérable n'a cessé de défiler parmi les détenteurs du savoir au fil des siècles. De même parmi les Imâms de la recommandation et de l'ascétisme, ils étaient, au fil des siècles, sur cette voie droite concernant la croyance. [5]

La majorité des linguistes et des grammairiens soutenaient eux aussi la croyance des Ahl Us Sunnah. Il y avait ches les Kûfites (gens de Kûfâ) : Al Mufa
dal Ad Dabî, Ibn Al 'Arabî, Ar Ruwâsî, Al Kisâ°î, Al Farrâ°, Abû 'Ubayd Qâsim Ibn Sallâm, 'Alî Ibn Al Mubârak Al Hayânî, Abû Ash Shaybânî, Ibrâhîm Al Harbî, Tha'lab, Ibn Al Anbârî, Ibn Muqsim et Ahmad Ibn Fâris, tous étaient des Ahl Us Sunnah.

Chez les Ba
srites il y avait Abul Aswad Ad Du°alî, Yahyâ Ibn Ma'mar, 'Îsâ Ibn 'Umar Ath Thaqafî et 'Abdu Llâh Ibn Abî Is-hâq Al Hadramî. il y eut après eux, Abû 'Ammar Ibn Al 'Alâ [...] Al Khalîl Ibn Ahmad, Khalaf Al Ahmar, Yûnus Ibn Habîb, Sibawayhî, Al Akhfash, Al Asma'î, Abû Zayd Al Ansârî, Az Zajjâj, Al Mâzinî, Abû Hâtim As Sijistânî, Ibn Durayd, Al Azharî, et bien d'autres linguistes. Tous sans exception condamnent fermement les hérésies et s'en tiennent très éloignés. Jamais il nous est parvenu que l'un de ces éminents personnages fut entaché par une des hérésies des rawâfid, des khawârij ou des qadarites.

Il en fut également ainsi des grands dépositaires des lectures du Qur°ân et de l'exégèse [6], de l'époque des Compagnons jusqu'à celle de Mu
hammad Ibn Jarîr [At Tabarî] et ses paires, tous étaient des Ahl Us Sunnah. Il en fut de même des érudits de l'exégèse à l'exception de certains hérétiques. [7]

Sans oublier les célèbres chroniqueurs de guerre, les biographes, les historiens et les conservateurs des chaînes de narrations parmi les Ahl Us Sunnah. [8]

Il devient donc évident, à travers tout cela, que toutes les vertus du savoir se concentrent chez les Ahl Us Sunnah, qu'Allâh nous ressuscite parmi eux. »

Âmîn.
 

 

Fin de citation.

Source : Farq Bayn Ul Firâq de l'Imâm 'Abd Ul Qâhir Al Baghdâdî (qu'Allâh lui fasse miséricorde).

 

Notes :

[1] Certains savants sunnites qui maîtrisent également le discours rationnel s'en servent pour faire face aux tendances rationalistes et les affronter sur leur propre terrain.

[2]
En référence au courant qui soutient que lorsqu'il y a une divergence, les preuves émises par les antagonistes sout toutes justes et qu'aucune ne prévaut sur l'autre.

[3] Citons parmi eux les juristes (fuquhâ) : Sufyân Ath Thawrî, Al Layth Ibn Sa'd, Sufyân Ibn 'Uyaynah, 'Abdu Llâh Ibn Al Mubârak, 'Abd Ur Ra
hmân Al Awzâ'î, Mâlik Ibn Anas ect.

[4] Citons parmi eux les grands spécialistes du hadîth :
Abû Dâwud As Sijistanî, Abû 'Îsâ At Tirmidhî, Ibn Hibbân, Ibn Khuzaymah, Muhammad Al Bukhârî, Muslim An Naysâbûrî, Muhammad Ibn Mâjah ect.

[5]
Citons parmi eux les sûfî : Hishâm As Sûfî, Fudayl Ibn 'Iyâd, Ibrâhîm Ibn Adham, Ibrâhîm An Nakhâ°î, 'Abdu Llâh Al 'Antakî, Al Junayd Al Baghdâdî, Al Hârith Ibn Asad Al Muhâsibî ect.

[6] Citons parmi les transmetteurs des 7 lectures coranique : Nâfi', Ibn Kathîr, Abû 'Amr Ibn Al Âla'a, Ibn 'Âmir Ad Dimashqî, 'Â
sim, Hamzah, Al Kisâ°î ; et parmi les mufassirîn citons entre autres Mujâhid, 'Ikrimah, Abû Al 'Âliyah, Ar Rabî' Ibn Anas, Qatâdah Al Basrî, Zayd Ibn Aslam, Ibn Jurayj ect.

[7] Nous pouvons citer les mu'tazilites Al Jubbâ'î et Az Zamakhsharî, parmi les plus célèbres.

[8]
Citons parmi eux les historiens : Ibn Hishâm, Muhammad Ibn Is-hâq, Wahb Ibn Al Munabbih ect.