Accueil > Tasawwuf > Article

La forme extérieure et la dimension spirituelle du jeûne ('Abdu Llâh Al Haddâd et Ibn Al 'Arabî)

Jul 24, 2014

http://i.imgur.com/NBe6rDr.jpg

 

Al Imâm Al Habîb 'Abdu Llâh Ibn 'Alawî Al Haddâd Al Husaynî (qu'Allâh l'agrée) a dit :

 

 

" Sache que jeûner comprend une forme extérieure et un aspect spirituel (intérieur). Sa forme extérieure consiste à s'abstenir de manger, de boire et d'avoir des rapports sexuels entre l'aube et le coucher du soleil, après en avoir au préalable formulé l'intention. Celui qui, délibérément et sciemment, mange, boit ou a un rapport sexuel durant la journée, annule son jeûne. Telle est la forme extérieure du jeûne. Quant à l'esprit du jeûne, il consiste à s'abstenir des péchés et des choses interdites, et de ne négliger aucune obligation ni aucun devoir. Celui qui s'abstient de manger, de boire et d'avoir des rapports sexuels, mais ne s'abstient pas de violation [des règles], ne retirera de son jeûne que de la peine et de la gêne.

 

 

Quand vous jeûnez ou quand vous vous engagez dans toute autre bonne œuvre, faites-le bien. Efforcez-vous d'accomplir toutes les bonnes œuvres avec un souci d'excellence, de perfection et de sincérité, ceci afin qu'Allâh vous permette d'en tirer profit, et vous en accorde l'immense récompense, le jour où vous retournerez à Lui. Ceci dit, c'est à Lui qu'appartient toute cette affaire, adore-Le donc et fais-Lui confiance. Ton Seigneur n'est pas ignorant de ce que tu fais.

 

 

Il n'y a pas d'autre divinité que Lui, et à Lui sera le retour final. " [Nasâ°ih Ud Dîniyyah Wa-l-Wasâyâ Il Îmâniyyah].

 

 

Et le Shaykh Muhyi-d-Dîn Ibn Al 'Arabî Al Hâtimî (qu'Allâh l'agrée) a dit dans son célèbre Futuhât Ul Makkiyyah :

 

 

" Le jeûne appartient (au serviteur) par statut, et non par son essence. Allâh Se l'est attribué et en a dépouillé le jeûneur, bien qu'Il lui ait donné l'ordre de jeûner. Il convient donc que le jeûneur regarde vers son Seigneur durant toute la durée de son jeûne afin de réaliser pleinement sa qualification et de ne pas en être diverti. Allâh ne S'attribue le jeûne que s'il est authentique; il ne l'est que dans la forme qu'Allâh a prescrit au jeûneur de réaliser. Si ce dernier ne jeûne pas de la manière qui a été définie par la Loi, il n'est pas jeûneur et, en ce cas, il n'y a pas de jeûne qu'Allâh puisse lui "rendre". ll peut se faire en effet que le jeûneur imagine être tel alors qu'il accomplit pendant le temps de son jeune des actes qui le disqualifient comme la calomnie: en ce cas, il rompt son jeune bien qu'il s'abstienne de manger; pour qu'il retrouve sa qualité de jeûneur, il faut qu'il y ait expiation. Que le jeûneur soit attentif à ce point, car il s'agit de préférer Allâh à soi-même. Il sera récompensé alors à la mesure de Celui qu'il aura préféré, c'est-à-dire Allâh (qu'Il soit exalté). Celui qui demeure attentif à son Seigneur, Allâh (qu'Il soit exalté) demeure attentif à lui de sorte qu'il n'a d'autre récompense que Lui :

 

 

" Celui dans les bagages duquel la coupe sera trouvée vous sera livré lui-même [...] " (2 :75).

 

 

Or, [la Coupe d'or du Roi] est effectivement trouvée dans le sac d'un côté, Allâh est présent dans le "cœur" de Son serviteur croyant et qui se tient avec Lui ; de l'autre, le jeûne se trouve chez Allâh car c'est à Lui qu'il appartient quand il est valide. Le jeûneur cherche alors son sac et on lui dit : " C'est Allâh qui l'a pris ! " Allâh devient ainsi Lui-même le Prix (de cet autre rapt) conformément à Sa Parole :

 

 

" Le jeûne est à Moi, et c'est Moi qui en paie le prix ! ". "

 

 

Qu'Allâh nous permette de parfaire nos jours de jeûne ainsi que l'ensemble de notre vie.