Accueil > Islam et société > Article

Interdiction d'insérer des objets ou des feuilles contenant des écritures sacrées dans une tombe (Ahmad At Tijânî et Al Hâjj Mâlik Sy)

Avr 5, 2014

fez-imperial-city-e1485783796617

Il est formellement interdit d'insérer des objets ou des feuilles contenant des Noms d'Allâh (qu'Il soit exalté), des textes coraniques ou des ahâdîth dans la tombe d'un mort.

 

 

Le Shaykh Al Hâjj Mâlik Ibn 'Uthmân Sy (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit dans son Kifâyat Ur Râghibîn :

 

 

" Concernant l'interdiction formelle d'inhumer un mort en insérant un des Noms d'Allâh (qu'Il soit exalté) ou autres [dans sa tombe] et à la mécréance de celui qui l'enterre de la sorte, notre maître et intercesseur auprès d'Allâh, Ahmad Ibn Mahammad At Tijânî (qu'Allâh l'accueille dans la demeure des bienheureux) a dit : " Celui qui enterre avec le mort un des Noms d'Allâh ou du Coran est un mécréant, compte tenu du fait que le mort se transforme inéluctablement en sang et en pus. ". "

 

 

Ce jugement aussi ferme est bien entendu destiné à celui qui agit en toute connaissance de cause et qui cherche délibérément à souiller la Parole d'Allâh ainsi que Ses Noms Sublimes, tels que les sorciers ont l'habitude de le faire. Cet avis juridique fut émis suite à certains abus de la part de musulmans du commun qui se faisaient enterrer avec des poèmes ou des invocations de savants et de saints, espérant ainsi profiter de leur bénédiction. Ceux-ci, du fait de leur ignorance, avaient omis le fait que le pus et le sang éventuellement dégagés par un corps en décomposition allaient souiller les Saintes Écritures.

 

 

Et Allâh sait mieux ce qu'il en est.