Accueil > Islam et société > Article

État des lieux de la Communauté Musulmane : maux et remèdes selon les enseignements muhammadiens (Al Jifrî)

Jan 28, 2014

dca139

 

Le Shaykh Al Habîb 'Alî Zayn Ul 'Âbidîn Ibn 'Abd Ir Rahmân Al Jifrî Al Husaynî (que La Paix soit sur lui) a dit :

 

 

" L’origine des maladies de la Ummah, leurs effets et leurs remèdes selon les enseignements prophétiques :

 

 

Nous vivons à une époque trouble. Les choses vont et viennent et un événement en chasse un autre. Cela entraîne un déséquilibre, altère le jugement des gens et entrave leur vision. Les gens ont vraiment besoin de prendre un moment de recul pour se poser et réfléchir. C’est alors qu’ils peuvent atteindre un moment de vérité et qu’Allâh les bénit avec une certaine subtilité. Loin du tumulte et des disputes, quiconque réfléchit trouvera que les calamités du Monde Arabe [et Musulman par extension] peuvent être attribuées à trois maux.

 

 

I. Le sectarisme (par exemple : sunnites contre chiites, chrétiens contre musulmans)

 

 

Les origines de cela résident dans ce que notre Prophète Muhammad () appela le mal des nations. Il a dit en effet : " Le mal des nations précédentes s’est glissé en vous : il s’agit de l’envie et de la haine. Et la haine est vraiment un rasoir : elle ne rase pas les cheveux d’une personne, mais clairement sa religion. "

 

 

Le remède à cela consiste à répandre la paix et l'amour, comme il est dit à la fin du hadîth susmentionné : " Je jure par Celui qui détient mon âme dans Sa main, vous n’entrerez pas au Paradis tant que vous ne croirez pas, et vous ne croirez pas tant que vous ne vous aimerez pas les uns les autres. Voulez-vous être informé de ce qui peut vous permette d’atteindre cela ? Répandez la paix parmi vous. " (Rapporté par Ahmad, At Tirmidhî et Abû Ya’lâ).

 

 

II. Le racisme (Arabes contre Perses, Kurdes contre Turcs, Blancs contre Noirs)

 

 

Les origines de cela résident dans ce que notre Maître () appela le cri de ralliement de l’âge de l’ignorance. Une altercation eut lieu entre des Emigrants (Muhâjirûn) et des Aideurs (Ansâr), chaque partie recherchant le soutien de leurs membres respectifs. Une autre altercation eut lieu entre des membres du clan des Aws et ceux des Khazraj - les deux tribus qui garnissaient les rangs des Ansâr - et chaque partie recherchait le soutien de ses membres tribaux respectifs. Le Prophète () dit alors : " Voilà un cri de ralliement de le l'époque de l’ignorance alors que je me trouve parmi vous ? Délaissez celacar ceci est abjecte ! " (Al Bukhârî).

 

 

Et Abû Dharr (qu’Allâh l’agrée) a dit : "Un jour, j’ai échangé des insultes avec quelqu’un. Je l’ai insulté en mentionnant que sa mère n’était pas une Arabe. Il alla se plaindre de cela au Messager d’Allâh. Il () dit : " Ô Abû Dharr, tu es quelqu’un qui possède encore quelques défauts de l’époque de l’ingorance ! ". " (Al Bukhârî et Muslim). L’Imâm Ibn Hajar et l’Imâm An Nawawî mentionnèrent que la personne que Abû Dharr insulta était le Compagnon Bilâl Ibn Abî Rabâh. Le nom de sa mère était Hamâmah, et c’était était une Nubienne.

 

 

Le remède à cela consiste à faire de la piété le [seul et unique] critère pour juger le mérite d'une personne. Le Prophète () a dit : " Un Arabe n’a de mérite sur un non-Arabe que selon la valeur de sa piété. " (Déclaré authentique, rapporté par Ahmad et d’autres).

 

 

III. La sempiternelle recherche des biens de ce bas-monde (comme la richesse, le pouvoir, la domination exercée sur d’autres)

 

 

Les origines de cela résident dans ce que notre Maître () appela la faiblesse (al wahn). Il dit ainsi : " Assurément, Allâh ancrera la faiblesse dans vos coeurs. " On lui demanda : " Qu’est-ce donc que la faiblesse ? " Il répondit : " L’amour des biens de ce monde et la détestation de la mort." (Déclaré authentique - Abû Dâwud).

 

 

Le Prophète () a dit aussi : " Ce bas-monde est suave et séduisant, et Allâh vous y a placé pour voir comment vous vous y comporterez. Prenez donc garde à ce bas-monde. " (Muslim)

 

 

Le Prophète () a dit : " Je jure par Allâh que je ne crains pas que vous retourniez au polythéisme après l’avoir quitté. En revanche, ce que je crains est que vous vous concurrenciez [dans l’acquisition de ce bas-monde]. " (Al Bukhârî).

 

 

Le Prophète () a dit aussi : " Je jure par Allâh que je ne crains pas la misère pour vous. Je crains plutôt que ce bas-monde vous soit donné comme il fut donné auparavant à ceux présents avant vous, et que vous vous concurrenciez pour l’acquérir comme ils se concurrencèrent pour l’acquérir, et qu’il vous détruise comme il les a détruit. " (Al Bukhârî et Muslim).

 

 

Le Prophète Muhammad () nous mit en garde à propos de ce vers quoi ces maux peuvent mener :

 

 

1. Les troubles :

 

 

Le Prophète () a dit : " Empressez-vous d’accomplir les bonnes œuvres avant que ne surviennent des épreuves telles les ténèbres des nuits sombres où l’homme, étant croyant au matin devienra mécréant le soir, ou bien étant croyant le soir deviendra mécréant le matin. Il vendra sa religion contre un bien périssable de ce bas-monde. " (Muslim)

 

 

2. Les tueries de masse

 

 

Le Prophète () a dit : " Je jure par Celui qui détient mon âme dans Sa main, ce monde ne s’éteindra pas tant que les gens ne vivront pas une époque où l’assassin ne saura pas pourquoi il tue, ni l’assassiné ne saura pourquoi fut-il tué. " Il fut alors demandé : " Qu’advienra-t-il ? " Il répondit :" Ils seront finalement tous tués, et aussi bien l’assassin que l’assassiné iront en Enfer [car tous les deux seront mauvais]. " (Muslim). Et le Prophète () a dit : " Avant que l’Heure ne vienne, il y aura des tueries. Vous ne tuerez pas des polythéistes, mais plutôt vous allez vous entretuer au point qu’un homme ira même jusqu’à tuer son voisin, son frère, son oncle ou son cousin. " Les Compagnons demandèrent : " Aurons-nous encore toute notre tête à ce moment-là ? " Il répondit : " La raison des gens de cette époque aura été retirée. Tout ce qui restera ne sera que la lie de la société. La plupart d’entre eux penseront qu’ils se battent pour une cause valable, mais en réalité ils n’auront aucune raison de se battre. " (Déclaré authentique - Ahmad, Ibn Hibbân, Ibn Abî Shaybah).

 

 

3. La conspiration des autres contre les musulmans

 

 

Le Prophète () a dit : " Les nations se rassembleront autour de vous comme les affamés se rassemblent autour de leur plat. " Il fut demandé : " Ô Messager d'Allâh ! Cela sera t-il due au fait que nous serons peu nombreux ? " Il () répondit : " En ces jours, vous serez nombreux, mais vous serez comme l'écume au dessus de la surface de la mer, et Allah enlèvera la crainte et l'effroi des cœurs de vos ennemis et Il placera la faiblesse dans vos cœurs." Il fut demandé : " Et qu'est ce que cette faiblesse ? " Il () répondit : " L’amour de ce bas monde et le fait de détester la mort. " (Déclaré authentique - Abû Dâwud).

 

 

Analyse

 

 

Le Prophète Muhammad () nous enseigna que les origines de ces calamités reposent sur les maladies qui entachent les âmes des individus. Les graves conséquences de ces maux sont telles des branches qui jaillissent des racines. Qu’Allâh guérisse la Ummah de ces maux ! Allâh Lui-Même fit allusion à cela dans le Coran au sein de la sourate Le Soleil (Ash Shams). Premièrement, Il jura par les choses qui ont un impact sur notre cosmos : le soleil, la lune, le jour, la nuit, les cieux et la Terre, puis Il jura par l’âme humaine, comme pour dire que cela est aussi l'une des forces ayant une influence dans nos vies. Les succès et les échecs dépendent de comment l’Homme traite son âme au cours de sa vie. Et Allâh dit : " Vraiment, celui qui se purifie réussira, tandis que celui qui se corrompt échouera. "

 

 

Le remède et la solution coranique à ces calamités est la purification de l’âme. Ce dont nous avons besoin aujourd’hui est d’avoir le courage de se confronter à cette réalité. Nous ne devons pas permettre à notre âme charnelle (an nafs), qui nous commande de faire le mal, de mettre le voile sur cette réalité. Nous ne devons pas nous permettre de fuir la confrontation [de ces problèmes] sous prétexte d’être trop occupé à devoir résoudre des problèmes encore plus grands qui auraient atteint la ummah.

 

 

Qu'Allâh implante la piété dans nos âmes et les purifie. Il est assurément le plus capable de les purifier et Il est Le Gardien et Le Maître des âmes, Le Détenteur de la Majesté et la Générosité. "

 

 

Fin de citation.

 

 

Source : Alhabibali.com