Accueil > Islam et société > Article

Concernant le fait de changer son nom suite à la conversion à l'Islâm

Jan 11, 2014

0705-24-171

Changer de nom ou pas après une conversion est un choix libre à partir du moment où ce nom ne comporte aucune référence polythéiste ou n'indique pas une tare. Sayyidatunâ 'Âïshah (qu'Allâh l'agrée), la femme du Messager d'Allâh (), a dit du Prophète :

 

 

" Il ne changeait que les mauvais noms. " [Sunan At Tirmidhî].

 

 

Ceci dit, il est autorisé de changer de nom si l'on souhaite marqué le coup de sa conversion, porter un plus beau nom que l'actuel ou être appellé par la forme coranique du prénom d'un Prophète que l'on porterais déjà (Job-Ayyûb, Jean-Yahyâ, Joseph-Yûsuf etc), sans toutefois s'inventer une autre généalogie, comme nous le voyons à travers la parole du Prophète () qui a dit :

 

 

" Lors du jour de la résurrection, vous serez appelés par vos prénoms et par le prénom de vos pères, donnez-vous donc de beaux prénoms. " [Sahîh Al Bukhârî].

 

 

Et l'Imâm Ibn Abî Zayd Al Qayrawânî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) rapporta que l'Imâm Mâlik Ibn Anas (qu'Allâh l'agrée) a dit :

 

 

" Il n'y a pas de mal à ce qu'un chrétien qui se converti à l'Islâm change son nom, mais il ne doit pas s'apparenter à quelqu'un d'autre que son père, ni se dire " Fils de 'Abdu Llâh - Ibn 'Abdi Llâh " ou " Fils de 'Abd Ur Rahmân - Ibn 'Abd Ir Rahmân " [alors que ce n'est pas le cas]. " [Al Jâmi' Fi-s-Sunan].

 

 

Et si la plupart des prénoms et noms de famille en France sont généralement d'origine latine, grecque, hébraïque, celte ou germanique, et font référence à des personnages bibliques, à des éléments naturels, des métiers ou un vocabulaire guerrier, certains ont des origines religieuses polythéistes ou font référence à une tare. Dans ce cas, et seulement dans celui-ci, il est demandé à ce que la personne se convertissant à l'Islâm change de prénom ou de nom de famille, au moins pour se faire interpeller par les gens dans le cas où la justice de son pays ne lui autorise pas un changement d'état civil.

 

 

A la lumière de tout ceci, il devient évident que toutes ces " listes de noms et prénoms musulmans " qui circulent dans les livres et sur les sites internet et ne proposant que des noms d'origines arabes sont fallacieuses et relèvent plus d'une crise d'identité et d'un empirisme culturel que d'une guidée permettant aux nouveaux musulmans de s'ancrer dans la foi de la religion d'Allâh (qu'Il soit exalté) et de Son Prophète Muhammad (). En effet, quelle différence y a-t-il à vivre sa foi sous le prénom d'Alexandre plutôt que celui de Nasser, de Pierre plutôt que de Hajar, de Lucie plutôt que de Nour ou encore de Victor plutôt que de Mansour ? Le second ne sera plus musulman que le premier qu'à partir de la force de sa foi et de la pureté de ses actes. Et l'arabité n'est pas un signe d'islamité tout comme l'européanité n'est pas un signe d'incroyance.

 

 

Allâh (qu'Il soit exalté) dit ainsi :

 

 

" Le plus noble d'entre vous, auprès d'Allâh, est le plus pieux. " (49:13).

 

 

Et le Messager d'Allâh () a dit :

 

 

" Allâh ne regarde pas vos apparences et vos biens, mais Il regarde vos cœurs et vos actes. " [Sahîh Muslim].

 

 

D'ailleurs, en se basant sur l'universalisme de l'Islâm et la sunnah du respect des cultures, certains savants recommandèrent de faire preuve de bons sens en adoptant les appellations propres à l'endroit où l'on vit, comme cela fut pratiqué en Turquie ou en Perse qui conservèrent généralement leurs patronymes d'antan (ce qui n'empêche pas d'avoir un deuxième prénom en rapport avec sa culture d'origine). Notons par ailleurs que des prénoms hybrides existent et peuvent être utilisés facilement par beaucoup, comme Louisa ou Camelia présents dans les cultures de populations historiquement musulmanes comme chrétiennes, ou encore que certains prénoms d'origine arabe sont devenus avec le temps des prénoms pleinement ancrés dans certaines cultures européennes, comme Fatima au Portugal, Omar en Castille et Nouria en Occitanie-Catalogne par exemple, et plus récemment Habîb, prénom ayant intégré le calendrier de l'Eglise catholique. Enfin, dans un pays comme la France où les prénoms de personnages bibliques comme David ou Gabriel sont usités dans leurs langues d'origines, ici l'hébreux, il est tout à fait pertinent de revendiquer l'utilisation de prénoms arabes faisant référence aux personnages coraniques, comme Dâwud ou Jibrîl par exemple.

 

 

Chacun est donc libre de faire ce qu'il veut en la matière tant que le nom utilisé ne comporte aucun préjudice particulier à son utilisateur et à sa communauté.

 

 

Et Allâh sait mieux ce qu'il en est.