Accueil > Islam et société > Article

A propos des pleurs et de la tristesse concernant la mort du défunt (Ibn 'Alawî Al Mâlikî, Khalîl Ibn Ishâq, Ibn Abî Zayd Al Qayrawânî...)

Avr 17, 2014

mosque-casablanca-at-tawhid

L'Imâm As Sayyid Muhammad Ibn 'Alawî Al Mâlikî Al Hasanî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit :

 

 

" Il est permis de pleurer, mais endurer la patience est préférable. " [Tahqîq Ul Âmâl Fî Mâ Yanfa Il Mayyit Min Al 'Amâl].

 

 

Et l'Imâm Khalîl Ibn Ishâq Al Jundî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit :

 

 

" Il est permis de pleurer pendant et après le décès de quelqu'un, mais sans crier ni proférer de mauvaises paroles. " [Al Mukhtasar].

 

 

Comme l'a dit l'Imâm Ibn Abî Zayd Al Qayrawânî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) :

 

 

" Les cris et les lamentations sont interdits. " [Ar Risâlah].

 

 

Et le Shaykh Sâlih Al Âbî Al Azharî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit :

 

 

" Ceci est basé sur les propos du Prophète () : " Celui qui se frappe les joues, déchire ses vêtements et se lamente comme à l'époque de la jâhiliyyah n'est pas des nôtres. " Et dans une autre version rapportée par Muslim : " Si celle qui se lamente ne se repent pas avant sa mort, elle portera une longue robe de goudron et une carapace de gale lors du jour de la résurrection. ". " [Thamr Ud Dânî].

 

 

Et que les proches ne pouvant retenir leur tristesse tentent d'éviter tout de même d'éclater en sanglots devant le mourant, ceci afin de lui éviter une peine supplémentaire en plus de sa mort imminente. Il n'y a cependant aucun mal à pleurer un peu face au mourant ou bien à laisser échapper sa tristesse une fois à l'écart de ce dernier.

 

Ô Allâh, fais miséricorde à nos morts et soulage nos attristés ! Allâhummâ âmîn.