Accueil > Invocations et litanies > Article

Le statut juridique de l'invocation par entremise (tawassul) selon les 4 écoles de droit sunnite

Avr 16, 2014

the-giant-umbrellas-for-protection-pilgrims-at-the-medina-haram-piazza-in-saudi-arabia-4

 

Le statut du tawassul dans la juridiction sunnite

 

 

Il est dit dans l’Encyclopédie de Jurisprudence du Ministère des Affaires Islamiques du Koweït (vol. 14, p.156-158) :

 

 

" La majorité (jumhûr) des juristes sont d’opinion que ce type d’entremise est licite que ce soit pendant la vie du Prophète () ou après sa mort. [1]

 

 

Al Qastallânî a dit :

 

 

" Il est rapporté que lorsque Abû Ja’far Al Mansûr Al ‘Abbâsî - le deuxième calife abbasside - demanda à Mâlik : " Ô Abû ‘Abda Llâh, devrais-je m’orienter vers le Messager d’Allâh () ou vers la Qiblah lors de mes invocations ? " Alors Mâlik lui répondit : " Pourquoi détournerais-tu ton visage de lui alors qu’il est ta wasîlah [ton moyen] et la wasîlah de ton père Âdam (que La Paix soit sur lui) vers Allâh le jour de la résurrection ? Plutôt, tu devrais t’orienter vers lui et demander son intercession, alors Allâh le fera intercéder. " Abu-l-Hasan ‘Alî Ibn Fihr rapporta cette histoire dans son livre Fadâ’ilu Mâlik avec un chaîne de transmission sur laquelle il n’y a rien à redire. Et le Qâdî ‘Îyâd rapporte également cela dans son Ash Shifâ° d’après une transmission provenant de plusieurs de ses maîtrestous dignes de confiance. " [2]

 

 

Et An Nawawî a dit dans le chapitre concernant les convenances lors de la visite de la tombe du Prophète () :

 

 

" Puis il (le pèlerin) se tournera vers la face du Messager d'Allâh () et il fera le tawassul à travers lui par le droit de son âme, et il cherchera ainsi l’entremise par lui (il lui demandera d’intercéder pour lui) pour atteindre son Seigneur (glorifié et exalté soit-Il) [afin d’être exaucé]. Parmi les meilleures choses qu'il puisse dire (lors de la visite de sa tombe) se trouve ce que rapportent Al Mâwardî, Al Qâdî Abû At Tayyib et le reste de nos compagnons [shafi'ites] en considérant cela recommandable d'après Al ‘Utbî : " J'étais assis auprès de la tombe du Prophète (), quand un bédouin vint et dit : " Paix sur toi ô Messager d’Allâh ! J'ai entendu Allâh dire : " Si, donc, ces gens-là qui se sont fait du tort à eux-mêmes s’étaient adressés à toi pour implorer le pardon de Dieu, en sollicitant ton intercession, ils auraient sûrement trouvé auprès du Seigneur clémence et miséricorde " (4 :64), alors je viens à toi pour que mon péché soit pardonné et pour que tu sois une intercession en ma faveur auprès de mon Seigneur ", puis il récita ces vers :

 

 

" Ô la plus exaltée des personnes ensevelies

 

Qui a accentuée la valeur des plaines et les monts!

 

Que ma vie soit sacrifié pour cette tombe par toi resplendie,

 

Celui qui est embaumé de la miséricorde et du pardon. ". ". " [3]

 

 

Al ‘Izz Ibn ‘Abd Is Salâm a dit :

 

 

" On doit se limiter en cela au Prophète () car il est le maître des fils de Âdam. On ne jurera pas par Allâh en dehors de lui parmi les Prophètes, Anges ou Saints car ils n’ont pas son rang...C’est une de ses particularités qui indique la grandeur de son rang. "

 

 

As Subkî a dit :

 

 

" Il est bien d'accomplir la demande par entremise (tawassul), la demande de secours (istighâthah) et la recherche d'intercession (tashaffu’) par le Prophète () auprès de son Seigneur. "

 

 

Et dans I‘ânat Ut Tâlibîn :

 

 

" […] Je suis venu à toi demander pardon pour mes méfaits et je sollicite ton intercession auprès de mon Seigneur. " [4]

 

 

Ce qui précède sont les paroles des malikites et des shafi’ites.

 

 

Concernant les hanbalites, Ibn Qudâmah dans Al Mughnî a dit après avoir rapporté le récit de ‘Utbî et du bédouin :

 

 

" Et il est recommandé pour celui qui entre dans une mosquée de commencer par le pied droit ", jusqu’à ce qu’il dise : " Puis il se rend à la tombe et dit : " Je viens a toi solliciteur du pardon pour mes péchés et je recherche l’intercession auprès de toi envers mon Seigneur… ". "

 

 

Et la même chose se trouve dans le Sharh Ul Kabîr. [5]

 

 

Et concernant les hanafites, les [autorités] récentes ont également explicité l’autorisation du tawassul par le Prophète ().

 

 

Al Kamâl Ibn Al Humâm a dit dans Fath Ul Qadîr :

 

 

" Puis il dit là où il est : " Salut sur Toi Ô Messager d’Allâh ! […] Et il demande à Allâh ce qu’il veut en faisant le tawassul auprès d’Allâh en la présence de Son Prophète (). "

 

 

L’auteur de Al Ikhtiyâr a dit concernant ce que l’on dit lors de la visite du Prophète () :

 

 

" " Je suis venu a toi d’une contrée vaste […] Je te demande d’intercéder auprès de notre Seigneur […] " Puis il dira : " En cherchant l’intercession de Ton Prophète auprès de Toi ". "

 

 

La même chose se trouve dans Marâqîy Ul Falâh et dans le commentaire de At Tahâwî sur Durr Ul Mukhtâr et dans les Fatâwâ Ul Hindiyyah. Ce que ces derniers mentionnent c’est qu’il doit être dit lors de la visite de la tombe du Prophète () : " Ô Allâh ! […] Et je suis venu à toi en écoutant tes paroles, en obéissant à tes ordres et en cherchant l’intercession par Ton prophète vers Toi. "

 

 

Et Ash Shawkânî a dit :

 

 

" Et il fera le tawassul auprès d’Allâh par Ses Prophètes et les pieux. " [6]

 

 

Les arguments

 

 

Ils se basent sur ce qui va suivre [7] :

 

 

- La Parole d’Allâh : " Cherchez le moyen de vous rapprocher de Lui " (5:35)

 

 

- Le hadîth de l’aveugle qui précède qui contient : " Ô Allâh ! Je Te demande et me tourne vers Toi par Ton Prophète Muhammad, le Prophète de la Miséricorde. ! " L’aveugle s’est tourné vers le Prophète () dans ses invocations, c’est-à-dire avec son corps.

 

 

- La parole du Prophète () dans l’invocation pour Fâtimah Bint Asad où il dit : " Pardonne à ma mère Fâtimah Bint Asad et élargi pour elle sa demeure par le droit de ton Prophète et des Prophètes qui me précédèrent. Tu es certes le plus Miséricordieux des miséricordieux ! " [8]

 

 

- Le tawassul de Âdam par notre Prophète Muhammad (). Al Bayhaqî rapporte dans Dalâ°il Un Nubuwwah et Al Hâkim qui l’a authentifié d’après ‘Umar Ibn Al Khattâb qui a dit que le Messager d’Allâh a dit que lorsque Âdam s’est rendu compte de son erreur, que ce dernier dit : " Ô Seigneur ! Je Te demande par le droit de Muhammad afin que Tu veuilles me pardonner ". Alors Allâh dit : " Ô Âdam ! Comment as-tu connu Muhammad alors que Je ne l’ai pas encore créer ? " Il répondit : " Ô Seigneur ! Lorsque Tu m’as crée, j’ai levé ma tête et j’ai vu inscrit sur le Trône : " Il n’y a de divinité qu’Allâh et Muhammad est le Messager d’Allâh " alors j’ai su que Tu ne liesTon Nom qu’à celui que Tu aimes parmi la création." Allâh dit : " Tu as dit vrai, ô Âdam ! Il est le plus aimé de Moi de la création, et si on Me demande par son droit, alors Je lui pardonne. Et s’il n’y avait pas eu Muhammad, Je ne t’aurais pas créer ! ". "

 

 

- Le hadîth de l’homme qui lorsqu’il avait un besoin, venait voir ‘Uthmân Ibn ‘Affân (qu’Allâh l’agrée) qui est rapporté par At Tabarânî et Al Bayhaqî. L’homme consultait ‘Uthmân Ibn ‘Affân lorsqu’il avait besoin lors de son califat, mais il ne s’occupa pas de lui concernant son besoin alors il se plaint à ‘Uthmân Ibn Hunayf qui lui dit : " Va chercher de l’eau puis fait l’ablution, ensuite va dans la mosquée et prie. Tu diras après : " Ô Allâh ! Je Te demande et je me tourne vers Toi par Ton Prophète Muhammad, le Prophète de la miséricorde. Ô Muhammad ! Je me tourne avec toi auprès de Ton Seigneur afin que mon besoin soit satisfait " et mentionne ton besoin. " L’homme partit et fit cela. Puis, il vint à la porte de ‘Uthmân Ibn ‘Affân (qu’Allâh l’agrée) et le portier le pris par la main et le fit entrer chez ‘Uthmân qui le fit s’asseoir avec lui et qui lui dit : " Mentionne moi ton besoin ! " Il lui mentionna alors et il fut satisfait. Il dit ensuite :" Ce que tu as comme besoin, mentionne-le ! " Après, il sorti de chez lui et rencontra Ibn Hunayf et lui dit : " Qu’Allâh te récompense en bien ! Il ne prêtait pas attention à mon besoin jusqu’à ce que tu lui parle de moi ! " Et Ibn Hunayf lui répondit : " Par Allâh ! Je ne lui ai pas parlé mais cependant, j’ai certes été témoin que le Messager d’Allâh () reçu un jour une plainte d’une nuisance d’une personne [qui était aveugle] et qui retrouva sa vue. "

 

 

Al Mubârakfûrî a dit que le Shaykh ‘Abd Ul Ghanî dans Injâh Ul Hâjah a dit :

 

 

" Notre shaykh, l’adorateur, As Sindî a mentionné dans sa lettre que le hadîth - de l’aveugle - est une indication de la permission du tawassul et de la demande d’intercession par son noble être durant sa vie. En ce qui concerne après sa mort, At Tabarânî a rapporté dans Al Kabîr d’après ‘Uthmân Ibn Hunayf qu’un homme alla demander à ‘Uthmân […] jusqu’à la fin du hadîth. "

 

 

[...] Et Ash Shawkânî a dit dans Tuhfat Udh Dhâkirîn :

 

 

" Et il y a une indication dans le hadîth concernant la permission de faire le tawassul par le Messager d’Allâh () vers Allâh tout en ayant la conviction que c’est Allâh qui agit et qu’Il donne et qui restreint ce qu’Il veut. " [9]. "

 

 

Fin de citation.

 

 

Notes :

 

 

[1] Sharh al-Mawâhib (8/204), Al-Majmû’ (8/274), Al-Madkhal (1/248 et les pages suivantes), Ibn ‘Âbidîn (5/254), Al-Fatâwâ al-Hindiyyah (1/266 ; 5/218), Fath al-Qadîr (8/497-498) et al-Futuhât al-Rabbâniyyah ‘alâ al-Adkhâr al-Nawawiyyah (5/36).

 

[2] Sharh al-Mawâhib (7/304-305), Al-Madkhal (1/248), Sharh Abî Al-Hassan ‘alâ al-Rissâlah al-Qayrawânî (2/478).

 

[3] Dans l’oeuvre originale, An Nawawî poursuivit ces propos en disant : " Après quoi, le bédouin se retira. Je m'endormis ensuite et je vis le Prophète () me dire en rêve : " Ô 'Utbî, va voir le bédouin et annonce-lui la bonne nouvelle qu'Allah L'Exalté vient de lui pardonner ! ". " Cf. Al-Majmû’ Sharh al-Muhadhdhab (Vol. 8, p.256-257).

 

[4] Al-Majmû’ (7/275), I‘ânatu al-Tâlibîn (2/315).

 

[5] Kashâf al-Qinâ‘ (2/68), Al-Mubdi‘ (2/204), Al-Furû‘ (2/158), Al-Mughnî avec son commentaire (3/588 et ce qui suit), Sharh al-Kabîr ma’ al-Mughnî (3/494-495) et Al-Insâf (2/456).

 

[6] Al-Ikhtiyâr (1/174-175), Fath al-Qadîr (2/337), Marâqîy al-Falâh avec la Hâshiyah d’Al-Tahâwî (p.407), la Hâshiyah d’Al-Tahâwî sur Durr al-Mukhtâr (1/562), Fatâwâ al-Hindiyyah (1/266), Tuhfatu al-Ahwadhî 10/34 et Tuhfatu al-Dhâkirîn d’al-Shawkânî (p.37).

 

[7] Voir les références précédentes. Al-Madkhal (1/248) et ce qui suit, Sharh al-Mawâhib (8/304), Jalâ’ al-’Aynayn (p.433 et celles qui suivent) et Qâ’idah Jalîlah (p.65 et celles qui suivent).

 

[8] Cette invocation est rapportée par Al-Tabarânî dans Al-Kabîr et Al-Awsat comme al-Haythamî le dit dans Majma’ al-Zawâ’id (9/256 édtion al-Qudsî) en disant : " Et il y a dedans Rûh ibn al-Salâh, Ibn Hibbân a dit qu’il était fiable mais Al-Hâkim l’a affaibli. Le reste des transmetteurs sont ceux des livres authentiques. "

 

[9] Tuhfatu al-Ahwadhî (10/34).

 

13116134-1765041817060882-3183262546357070414-o13147629-1765041783727552-8640749293344091353-o

13221427-1765041883727542-3412481281975024042-o