Accueil > Article

Fakhr Ud Dîn Ar Râzî - فخر الدين الرازي (m. 606)

Mar 2, 2014

Il fut l'Imâm des Ahl Us Sunnah de son époque et l'une des plus grandes figures de la théologie sunnite de l'histoire de l'Islâm. Il défendit corps et âme la croyance authentique via l'école de l'Imâm Al Ash'arî (qu'Allâh l'agrée) et fut un ascète rigoureux envers lui-même et généreux envers les autres.

 

Al Hâjj Jibrîl Al Haddâd (qu'Allâh le préserve) a dit de lui :

 

« Muhammad Ibn 'Umar Ibn Al Hasan Ibn Al Husayn Abû 'Abd Allâh Al Qurâshî Al Bakrî At Taymî At Tabaristânî Ash Shâfi'î, plus connu sous le nom d'Ibn Al Khatîb ainsi que Fakhr Ud Dîn Ar Râzî (né en 543 et décédé en 606), Shaykh Al Islâm, l'Imâm des érudits disciples dans la théologie (kalâm) et les bases de la croyance, un important juriste de l'école shâfi'ite, spécialiste en °usûl [ul fiqh], sûfî, commentateur du Qur°ân, philologue, généalogiste, spécialiste de l'étude des hérésies, logicien et médecin. « Un océan contenant plus de perles que l'océan lui-même ». Représentant principal des Ahl Us Sunnah de son temps, il s'est opposé à toutes les sectes avec lesquelles il est entré en contact, en particulier les groupes multiformes du mu'tazilisme, shi'isme et du hashwisme (la secte des anthropomorphistes) aussi bien que les juifs et les chrétiens. Initialement élève de son père Khatîb Ur Rayy Diyâ° Ud Dîn 'Umar et de Majd Ud Dîn Al Jîlî Al Maraghî, puis de Abû Muhammad Al Baghawî et Kamâl Ud Dîn As Simnanî, il a mémorisé très tôt le travail dans le domaine de la théologie scolastique de l'Imâm Al Haramayn intitulé Ash Shamîl. Il a commencé sa carrière d'enseignant dans la pauvreté et est mort à l'age de 63 ans au sommet de la renommée et de la santé, empoisonné, dit-on, par les karramites de Hîrat qui étaient jaloux de la grande audience que lui accordaient les princes de Khurâsân.

 

Magnifique professeur, Ar Râzî pouvait débattre et prêcher aussi bien en Arabe qu'en Persan, et répondait gracieusement et longuement aux questions des disciples de chacune des 4 écoles de Hîrat. Tandis qu'il prêchait, il entrait souvent dans des états émotionnels tels qu'il faisait fondre en larmes son auditoire. Il a été expulsé de Khawarizm et de Transoxiane par les mu'tazilites et est revenu [par la suite] dans son Rayy natal où il écrivit une série de travaux qui le conduisirent à une très vaste renommée en peu de temps. »

 

Et Al Imâm Shams Ud Dîn Ibn Khallikân (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit également de lui :

 

« Fakhr Ud Dîn mentionna dans son ouvrage intitulé Tahsîl Ul Haqq qu'il étudia la théologie auprès de son père Diyâ° Ud Dîn 'Umar, qui apprit cette science auprès de Abul Qâsim Salmân Ibn Nâsir Al Ansârî, qui a été instruit par l'Imâm Ul Harâmayn [Abul Ma'âlî Al Juwaynî], qui avait apprit auprès de Abû Is-hâq Al Isfarâyînî, qui reçut cette science du Shaykh Abul Husayn Al Bâhilî, dont le maître était le Shaykh de la Sunnah Abul Hasan 'Alî Ibn Ismâ'îl Al Ash'arî qui avait apprit auprès de Abû 'Alî Al Jubbâ'î, mais Al Ash'arî délaissa les croyances de ce dernier puis retourna ensuite vers les fondements du Sunnisme et défendit la doctrine des Ahl Us Sunnah wal Jamâ'ah.

 

Concernant les connaissances de Fakhr Ud Dîn dans le Fiqh Shâfi'ite, il les tint de son père qui avait apprit auprès de Abû Muhammad Al Farrâ° Al Baghawî, qui avait apprit cette science auprès du Qâdî Husayn Al Mawarrûdî, qui avait apprit auprès de Al Qaffâl Al Marwazî, qui avait apprit auprès de Abû Zayd Al Marwazî, qui avait apprit auprès de Abû Is-hâq Al Marwazî, qui avait apprit auprès de Abul 'Abbâs Ibn Surayj qui eut Abul Qâsim Al Anmâtî pour maître qui avait lui-même étudié auprès de Abû Ibrâhîm Al Muzânî qui avait étudié auprès de l'Imâm Ash Shâfi'î. » [Wafayât Ul A'yân].

 

Son savoir était gigantesque. Il le légua à la postérité en écrivant de nombreux ouvrages dont voici quelques uns :

 

*  Mafâtih Ul Ghayb, surnommé Tafsîr Ul Kabîr (le plus grand des Tafsîrs). C'est l'un des plus grands commentaires du Qur°ân et l'un des plus célèbres. Il est édité en 12 volumes, voir jusqu'à 30 selon les éditions. Al Hâjj Jibrîl Al Haddâd a dit qu'il « passa les 15 dernières années de sa vie à y travailler mais n'a pas pu le terminer. »

 

* 'Ismat Ul Anbiyâ° ; traitant de l'infaillibilité des Prophètes (que La Paix d'Allâh soit sur eux) et de quelques questions relatives à certains qui sont mentionnés dans le Qur°ân.

 

* Lawâmi' Ul Bayyinât fî Sharh Asmâ°i Llâh Il Husnâ wa As Sifât. C'est un merveilleux livre commentant en détail les 99 Noms d'Allâh. Il est traduit en français sous le nom « Traité des Noms Divins » aux éditons Al Bouraq.

 

* Al Ma'âlim fî °Usûl Id Dîn, qui est un très bon commentaire du célèbre ouvrage de l'Imâm Al Haramayn Al Juwaynî intitulé Al Lumâ°. Ce livre éclaircit nombre de questions polémiques d'ordre théologique.

 

* Asâs Ut Taqdîs, qui traite de la Transcendance d'Allâh et de Ses Attributs Uniques.

 

* Ta'sis Ut Taqdîs fî Ta°wîl Is Sifât, qui est une réfutation de grande qualité des hérésies anthropomorphistes.

 

Et d'autres ouvrages tels que Al Mabahith Ul 'Imâdiyyah fil Matâlib Ul Ma°adiyyah , Bahr Ul Ansab, Al Muhassal, Al Arba'în fî Usûl Ud Dîn, Nihâyat Ul 'Uqul, Az Zubda°, Al Ma'âlim fî Usûl Ul Fiqh, Manâqib Ash Shâfi'î, 'Uyûn Ul Hikmah, Al Matâlib Ul 'Âliyyah, Al Mabahith Ul Mashrîqiyyah, Al Bayân wal Burhân fi Ar Radd 'Alâ Ahl Iz Zaygh wa At Tughyân, Kitâb Ul Mantiq Al Kabîr, et bien d'autres encore. Il commenta également Nisf Ul Wâjiz de l'Imâm Abû Hamîd Al Ghazâlî et Siqt Uz Zand de l'Imâm Abû Al 'Alâ°.

 

Notons que quelques personnes lui attribuent - de manière totalement infondée et incompréhensible - un livre intitulé Asrâr Un Nujûm - Les Secrets des Étoiles, traitant de la magie et de la divination. Cette attribution fut remise en cause par Ibn Khaldûn dans son Târîkh et Hâjjî Khalîfah dans son Kashf Uz Zunûn, et fermement rejeté par un grand nombre de spécialistes dont l'Imâm Tâj Ud Dîn Ibn As Subkî dans son Tabaqât Ush Shâfi'iyyat Al Kubrâ. Il va de soi que ce défenseur du tawhîd n'a jamais écrit un livre pareil mais a plutôt œuvré dans l'anéantissement total des devins et des charlatans ; d'autant plus que ce livre possède plusieurs appellations et ne dispose d'aucune chaîne de transmission valide, choses récurrentes dans le domaine des livres inventés.

 

Il mourut le 1er Shawwâl de l'an 606 de l'Hégire, jour de la rupture du jeûne de Ramadân ('Îd Ul Fitr), à Rayy où il y fut enterré et où nombre de savants se rassemblèrent afin de célébrer la prière mortuaire en sa faveur.

 

Nous terminerons cette biographie par un passage du testament (wasiyyah) de l'Imâm Ar Râzî, rapporté notamment dans la biographie que lui consacra l'Imâm Tâj Ud Dîn Ibn As Subkî, montrant toute la sagesse et l'humilité de cet érudit :

 

« Je dis : Ô Dieu des mondes, je vois que toute la création concourt à montrer que Tu es Le Plus Généreux de tous les généreux, et Le Plus Miséricordieux d'entre eux ; aussi, concernant quoi que ce soit de ce que j'ai pu écrire ou penser, je déclare que si Tu vois que j'ai essayé de déclarer vrai quelque chose de faux, ou déclaré faux quelque chose de vrai, alors fais-moi subir ce que je mérite ; mais si Tu vois que j'ai seulement essayé de déclarer transcendant ce que j'ai considéré comme vraiment transcendant, et y aie cru en toute sincérité, alors laisse Ta Miséricorde être proportionnée à mon intention, et non à mes résultats...

 

Quant aux livres que j'ai écrit et dans lesquels j'ai énuméré et aie explicité d'innombrables questions, laissez celui qui les lira se rappeler de moi avec bonté et prier pour moi hors de toute compassion et bienveillance, ou alors, en extirpez toutes les erreurs. Je n'ai pas eu d'autre intention que la recherche profonde et l'aiguisage de la pensée, à tout moment m'en remettant à Allâh. »

 

Al Imâm Tâj Ud Dîn Ibn As Subkî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) cita également les vers suivants de l'Imâm Fakhr Ud Dîn Ar Râzî : « L'audace des esprits finit aux fers, la plupart des entreprises humaines ne sont que folie. Nos âmes sont indifférentes à ce que font nos corps, et la somme de nos vies n'est qu'affliction et mal. Nous n'avons pas tiré profit de notre recherche perpétuelle excepté à amasser ce que dirent ceux-ci et ceux-là. Par dessus les sommets des montagnes beaucoup d'hommes triomphèrent et s'en sont allés tandis que ces montagnes demeuraient. Combien d'hommes et de pays avons-nous vu aiguillonnés pour disparaître corps et biens. »

 

Qu'Allâh agrée l'Imâm des Croyants de son temps, Ash Shaykh Ul Islâm, Al Mujaddid, celui qui fit triompher la Vérité par la plume et le verbe sublime et qui écrasa les hérésies, Sayyidunâ Fakhr Ud Dîn Ar Râzî, et nous permette de suivre ses pas. Allâhumma Âmîn.