Accueil > Explication de Hadith > Article

Commentaire du hadîth : Quiconque finit par se perdre qu'il s'écrie " Ô serviteurs d'Allâh, aidez moi ! " (Sulaymân Ibn 'Abd Il Wahhâb)

Jul 2, 2014

the-oldest-mosque-in-the-african-desert-bashar-shglila

L'Imâm Sulaymân Ibn 'Abd Il Wahhâb At Tamîmî Al Hanbalî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit en réponse au fondateur de la secte wahhabite qui lançait l'anathème sur quiconque invoquait l'aide des vertueux :

" Il y a une autre preuve démontrant combien l'anathème que tu lances est erroné lorsque tu qualifies des musulmans de mécréants. Notre preuve va démontrer que lorsqu'il y a des musulmans qui invoquent ou font des serments par autre qu'Allâh, ceci n'est pas une mécréance qui fait sortir quelqu'un de la religion. Tu dois surement savoir que le Prophète () a dit, à travers un hadîth authentique, que les limites [de la religion en matière de halâl et de harâm] sont entourées de choses douteuses. Le Compagnon Ibn Mas'ûd (qu'Allâh l'agrée) rapporta que le Prophète () a dit : " Quiconque parmi vous chevauche une bête sur la Terre et finit par se perdre, qu'il s'écrie : " Ô serviteurs d'Allâh ! Aidez-moi ! Ô serviteurs d'Allâh ! Aidez-moi ! Ô serviteurs d'Allâh ! Aidez-moi ! ", trois fois, car il y a beaucoup d'intendants d'Allâh sur Terre, ils vous aideront à vous y retrouver. "

Ce hadîth est mentionné par les Imams dans leurs ouvrages respectifs et de nombreux groupes le rapportèrent, la Ummah la mémorisé et jamais personne ne l'a rejeté. Parmi eux figurent l'Imâm An Nawawî dans son Al Adhkâr Min Kalâmi Sayyid Il Abrâr, l'Imâm Ibn Al Qayyim dans son livre Al Kalîm Ut Tayyib et l'Imâm Ibn Muflîh Al Maqdisî dans Al Adab Ush Shar'iyyah Wa-l-Minah Il Mar'iyyah. Lorsque l'Imâm le rapporta dans Al Adab, il dit ensuite :

" 'Abdu Llâh le fils de l'Imâm Ahmad a dit : " J'ai entendu mon père dire : " J'ai effectué cinq fois le Pèlerinage, et durant l'un d'entre eux, je me suis perdu en cours de route. Je me suis alors écrié : " Ô serviteurs d'Allâh ! Aidez-nous à retrouver notre chemin ! " A chaque fois que j'allais dormir, je disais cela, et ceci jusqu'à ce que j'arrive enfin à retrouver mon chemin. ". "

Je tenais à rappeler que tu as déclarer quiconque invoquerait un absent ou un mort comme étant un mécréant. Tu as même déclaré que les mécréants adorateurs d'idôles (qui renient officiellement Allâh et son Messager ()) se sont moins fourvoyés dans l'associationnisme (shirk) que celui (parmi les croyants) qui demanderait à autre qu'Allâh sur Terre ou sur mer. Qui plus est, tu utilises ce même type de preuve pour justifier ta position [disant que les musulmans d'aujourd'hui sont encore plus fourvoyés dans le shirk que les polythéistes d'antan], mais il ne t'es pas permis, ni à d'autres que toi, d'agir de la sorte. Considères-tu ce hadîth et l'agissement des savants en ce sens comme étant douteux ? Clamerais-tu que quiconque pratiquerait cela se rendrait coupable de polythéisme majeur ? Vraiment, c'est à Allâh que nous appartenons et vers Lui que nous retournerons... "

Fin de citation du Sawâ'iq Ul Ilâhiyyah Fi-r-Raddi 'Ala-l-Wahhâbiyyah.

Les wahhabites cherchèrent à affaiblir ce hadîth par tous les moyens et profitèrent du fait que certaines chaînes de transmissions de ce récit soient faibles pour déligitimer le discours de l'Imâm Sulaymân. Ceci étant, d'autres voies de transmissions sont authentiques, réduisant à néant leurs tentatives de qualifier de mécréants toujours plus de musulmans.

Le Shaykh Hasan Ibn 'Alî As Saqqâf a dit ainsi dans Al Ighâthah Bi Adillât Il Istighâthah (ed.Imam An Nawawi, p.22) : " Le hadîth de Al Bazzâr fut déclaré " hasan - valide " par Ibn Hajar Al 'Asqalânî dans Al Amâlî Ul Adhkâr ainsi que par Ibn Al 'Ulân dans le commentaire de Al Adhkâr (5/151). Et Al Hâfiz Al Haythamî a dit à son sujet dans Al Majma' (10/32) que les hommes [composant la chaîne] sont tous dignes de confiance. " 

Al Hâjj Abû Ja'far Al Hanbalî a dit également dans son annotation de la traduction anglophone du Sawâ'iq Ul Ilâhiyyah : " Rapporté par l'Imâm Al Haythamî dans Al Majma' Uz Zawâ°id (vol.10, p.131-132) ; At Tabarânî dans Al Mu'jam Ul Kabîr, hadîth n°10518, et qualifié par ces derniers comme étant authentique. Il a également été rapporté par Al Hâkim dans son Al Mustadrak, Abû 'Awânah, Al Bazzâr via une chaîne authentique, et Ibn As Sunnî. "

Et la louange est à Allâh, Le Seigneur des mondes.