Accueil > Introduction au Tawhid > Article

Définition du Tawhîd

Mar 1, 2014

definition-du-tawhid

 

Allâh (qu'Il soit glorifié et exalté) dit à la sourate 112 (al ikhlâs) :

 

 

" Dis : Il est Allâh, L'Unique, Allâh As Samad. Il n'a pas engendré et n'a pas été engendré. Et nul n'est égal à Lui. "

 

 

Sayyidunâ Al Imâm 'Alî (que La Paix soit sur lui) a dit :

 

 

" Depuis qu'Allâh a créé Âdam (), la Foi a consisté à témoigner qu'il n'y a pas d'autre divinité si ce n'est Allâh et à reconnaître pour véridique tout ce qui provient d'Allâh [...] " [At Tabarî - Jâmi' Ul Bayân Fî Tafsîr Il Qur°ân].

 

 

Et l'Imâm Fakhr Ud Dîn Ar Râzî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit :

 

 

" Sache-le ! La reconnaissance du tawhîd exprime que le statut d'une chose est unique et que la science qu'on en a est unique. On dit que tu reconnais le caractère unique d'une chose quand tu l'as qualifiée par rapport à l'unicité (al wahdâniyyah) comme on dit que tu reconnais untel comme courageux quand tu le mets en relation avec le courage. " [Lawâmi' Ul Bayyinât].

 

 

Al Imâm Abu-l-Qâsim At Tamîmî Al Hanbalî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit dans son livre Al Hujjah :

 

 

" Le verbe " at tawhîd " et un verbe source dont sont dérivés " wahhada " au passé et " yuwahhidu " au présent. La signification de la phrase " wahdâtu Llâh " et " ittaqu Llâh munfaridân " est : " je déclare de manière catégorique qu'Allâh est Unique dans Son Essence et tout ceci dans le respect de Ses Attributs (sifât). Rien ne Lui ressemble et on ne peut rien Lui assimiler]. "

 

 

Il a aussi été dit que cela signifie : " je reconnais qu'Il est Unique ", et de la même manière cela veut dire « Je refuse de Le qualifier (comme on qualifierait un homme) et de le quantifier, Il est Un dans son Essence, Indivisible ; et personne ne possède Ses Attributs, car rien n'est semblable à lui. Rien ne lui est associé dans Sa divinité, Sa domination et Sa providence. Il n'y a pas d'autre Seigneur si ce n'est Lui. Il n'y a de créateur que Lui. ". "

 

 

Al Imâm Ahmad Ibn 'Atâ°i Llâh Al Iskandarî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit sur le tawhîd :

 

 

" Il représente la négation absolue de tout polythéisme (shirk) et sa signification est sans contestation celle donnée par L'Exalté : " Votre Dieu est un Dieu Unique " (2:163). L'on pourrait être tenté de dire : certes, notre Dieu est Un, mais il se pourrait que d'autres aient un dieu qui fait face au notre, Allâh a mis fin à cet égarement par Ses mots : " Pas de divinité si ce n'est Lui. " (2:163).

 

 

Si l'on dit par exemple : " il n'y a personne dans la maison ", la négation de l'essence est nécessairement implicite et lorsque c'est le cas, il y a aussi négation de toutes les autres parties qui constituent l'existence de cette essence. D'ailleurs, si une des parties venait à exister, l'essence elle-même viendrait à exister, car chacune des parties contient son essence. Et si l'essence existe, elle contredit la négation de l'essence. " Il n'y a personne dans la maison " permet donc une négation générale et évidente. Si on ajoute : " si ce n'est Zayd ", l'idée exprimée est donc une idée d'unité totale et absolue.

 

 

Le mot " tawhîd " est porteur de deux fruits. Le premier est que la substance de l'homme fut créée à l'origine noble et honorable. Allâh (qu'Il soit exalté) dit : " Certes nous avons honoré les Fils d'Âdam " (17:70). Puisque le prototype originel détenait cette noblesse, la purification de l'homme se fait en accord avec son prototype, alors que son avilissement se fait en opposition avec celui-ci. Nous voyons alors que l'homme, lorsqu'il donne des partenaires à Allâh, devient impur. C'est ce qu'expliquent Ses mots : " Les associateurs ne sont qu'impureté [morale] " (9:28). L'impureté est une opposition au prototype et étant de ceux qui affirment l'Unicité d'Allâh, le serviteur a du avoir connu la pureté à son origine afin de se conformer par la suite à celui-ci. En effet, celui qui exprime à l'Unicité d'Allâh fait partie de Son élite : " Les bonnes [femmes] aux bons [hommes], et les bons [hommes] aux bonnes femmes " (24:26). " [Miftah Ul Falâh].

 

 

Al Imâm Al Junayd Al Baghdâdî (qu'Allâh l'agrée) a rapporté qu'une question a été posée à un savant de la sunnah à propos du tawhîd et de sa définition. Il répondit : " C'est la certitude (al yaqîn). " Le questionneur lui dit alors : " Éclaircis moi cela. " Il lui dit : " C'est le fait que tu saches que le mouvement des créatures ainsi que leur immobilité est l'Acte d'Allâh (que Sa Puissance soit exaltée et Sa Majesté soit magnifiée), provenant de Lui Seul, sans associé. Si tu as conscience de ceci, tu as réalisé le tawhîd. " [Al Qushayrî - Ar Risâlah Fî 'Ilm It Tasawwuf]. Et Allâh (qu'Il soit exalté) dit : " C'est Lui Dominateur Suprême sur Ses serviteurs ; c'est Lui Le Sage, Le Parfaitement Connaisseur. " (6:18).

 

 

Quant à Hujjât Ul Islâm Abû Hâmid Al Ghazâlî (qu'Allâh lui fasse miséricorde), il définit le tawhîd comme suit :

 

 

" Affirmer le tawhîd (l'Unicité d'Allâh), c'est voir la cause de toute chose comme provenant d'Allâh (qu'Il soit exalté), en une vision qui empêche de donner de la considération excessive à des causes intermédiaires. Ainsi on ne verra pas le bien ou le mal sauf comme une provenance de Lui. Le fruit de cela est la confiance en Allâh, l'abstention de se plaindre des gens en évitant la colère envers eux, le contentement et la résignation face au Jugement d'Allâh (qu'Il soit exalté). L'affirmation de l'Unicité d'Allâh peut être vue comme un joyau précieux ayant deux couches de protection, l'une qui est plus proche de l'essence que l'autre ; les gens se dévouent au nom de la couche et néglige l'essence.

 

 

La première couche consiste à dire " point de divinité si ce n’est Allâh – lâ ilâha illa Llâh " avec la langue. On nomme cela « l'affirmation de l'Unicité d'Allâh », car elle s'oppose à la doctrine proclamée par les chrétiens. Cependant, cette affirmation pourrait émaner d'un hypocrite dont l'intérieur est en contradiction avec l'extérieur.

 

 

La seconde couche est que l'on ait dans le cœur aucune opposition ou rejet du contenu de cette formule. Au contraire, le sens littéral de la formule embrasse à la fois l'adhérence à celle-ci en tant que doctrine et croyance profonde. Voilà l'attestation de l'Unicité d'Allâh à laquelle adhèrent la plupart des gens. Les théologiens sont les gardes-fous qui protègent cette couche de la confusion des innovateurs.

 

 

La troisième couche, qui est en fait l'essence, c'est voir la cause de toute chose comme provenant d'Allâh (qu'Il soit exalté) en une vision qui empêche de donner de la considération excessive à des causes intermédiaires ; et de L'adorer avec une vénération qui L'isole de tout autre : ainsi on n'adore personne d'autre que Lui. "

 

 

Il précisa également :

 

 

" La poursuite de sa passion est une déviation de l'affirmation de l'Unicité d'Allâh, dans le sens que quiconque poursuit sa passion l'a prise pour son dieu. Allâh (qu'Il soit exalté) a dit : " Ne vois-tu pas celui qui a fait de sa passion sa divinité ? [...] " (25 :43). Le Prophète () a dit : " Par Allâh, la plus détestable des divinités adorées dans ce monde est la passion. ". "

 

 

Après avoir rapporté ce passage dans son Miftah Ul Falâh, l’Imâm Ibn 'Atâ°i Llâh Al Iskandarî a dit :

 

 

" Quiconque réfléchit en profondeur verra que toutes les créatures affirment l'Unicité d'Allâh (qu'Il soit exalté) en accord avec les subtilités de leurs " souffles ". Si tel n'était pas le cas, le châtiment les aurait désintégrés. En effet, dans chacun des atomes de ce monde et dans ce qui est plus petit encore, il y a un des mystères du Nom d'Allâh (qu'Il soit exalté). C'est en vertu de ce mystère que chaque créature, selon l'espèce dans laquelle elle se situe, comprend et reconnaît l'Unicité d'Allâh, qu'elle le sache ou non : comme Allâh (qu'Il soit exalté) l'a dit : " Et c'est à Allâh que se prosternent, bon gré mal gré, tous ceux qui sont dans les cieux et sur la terre, ainsi que leurs ombres, au début et à la fin de la journée. " Chacun affirme l'Unicité d'Allâh selon sa station, selon le gré de son Seigneur et en fonction de ses capacités de servitude et ce, en accord avec le destin imparti à toutes Ses créatures afin que se réalise l'Unicité d'Allâh. "

 

 

Il est rapporté dans la Risâlah de l’Imâm Al Qushayrî que le Shaykh Abû 'Alî Ar Rudhbârî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit concernant la définition du tawhîd :

 

 

" Le tawhîd c'est la rectitude du cœur qui s'établit en se séparant de la négation [des Attributs d'Allâh] tout en refusant l'anthropomorphisme. Le tawhîd est contenu dans une seule phrase : " Tout se que l'imagination peut produire, Allâh (qu'Il soit glorifié et exalté) est différent de cela " ; et cela renvoi à Sa Parole (qu'Il soit exalté) qui dit : " Rien n'est tel que Lui, et Il est Celui qui entend et qui voit toute chose. " (42:11). "

 

 

" Tout se que l'imagination peut produire, Allâh (qu'Il soit glorifié et exalté) est différent de cela ", voilà une phrase riche de sens qui pourrait être développée en un livre entier. Elle est un adage célèbre chez les Salaf qui exprime le fait qu'Allâh est bien au-dessus d'un quelconque intellect et tellement élevé de par Son rang de Divinité Unique et Parfaite qu'Il transcende toute chose et qu'il est inutile de tergiverser sur Son Essence. Le Prophète () a d'ailleurs dit : " Réfléchissez sur les merveilles d'Allâh et ne spéculez point sur Son Essence. " [Al Bayhaqî].

 

 

Et Sayyidunâ Abû Bakr As Siddîq (qu'Allâh l'agrée) a dit : " Reconnaître son incapacité à parvenir à connaître L'Essence d'Allâh est en soi une connaissance et chercher à concevoir Son Essence mène à la mécréance et à l'association. " Car réfléchir sur l'inconcevable et l'inimaginable amène forcément à l'erreur et au faux, et affirmer des choses fausses sur Allâh est une calomnie à Son Encontre et donc de la mécréance pure et simple. Car si le tawhîd amène à reconnaître la grandeur d'Allâh, il amène également à reconnaître la faiblesse des créatures et leurs limites. Seul Allâh cerne toute chose.

 

 

Al Imâm Abu-l-Layth As Samarqandî Al Hanafî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a également rapporté :

 

 

" Ja'far As Sâdiq (qu'Allâh l'agrée) a dit que le tawhîd […] consiste à savoir que : " Allâh n'est pas « à partir de » quelque chose, ni « dans » une chose, ni « sur » quelque chose, car en effet, celui qui dit d'Allâh qu'Il est « à partir de » quelque chose, il Lui aura attribué le fait d'être créé, et il aura mécru, celui qui dit d'Allâh qu'Il est « dans » quelque chose, il Lui aura attribué le fait d'être limité, et il aura mécru, et celui qui dit d'Allâh qu'Il est « sur » quelque chose, il Lui aura attribué le fait d'avoir un besoin et d'être porté par quelque chose, et il aura [également] mécru. ". " [Sharh Ul Wasiyyah].

 

 

Et Al Hâfiz Ahmad Ibn Hajar Al 'Asqalânî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit quant à lui :

 

 

" Les savants sunnites ont expliqué que le tawhîd est le rejet de toute notion disant qu'Allâh a des Attributs ressemblant aux choses créées (l'anthropomorphisme - at tashbih), c'est également le rejet de la notion qui dit qu'Il ne possède pas d'Attributs Transcendants requis quant à Sa Perfection et à Sa Majesté (at ta'tîl). C'est pour cela que Al Junayd, dans une parole transmise par Al Qushayrî [dans sa Risâlah], a dit : " Le tawhîd consiste en l'affirmation de l'Unicité du Pré-éternel vis-à-vis des êtres soumis aux lois du temps (les créatures). ". " [Fath Ul Bârî Bi Sharh Sahîh Al Bukhârî].

 

 

Et tout ceci rejoint la parole du Shaykh Al Husayn Ibn Al Mansûr (qu'Allâh l'agrée) qui a dit : "Celui qui connaît la réalité du tawhîd est débarrassé du « pourquoi » et du « comment »." [Al Qushayrî – Ar Risâlah]. C'est-à-dire qu'il cesse de se demander pourquoi Allâh a fait ceci et comment a-t-Il fait cela, il cesse de tergiverser sur des questions sans réponses et d'incliner son cœur vers la suspicion à l'égard de son Seigneur alors qu'Il est impénétrable et que Son Essence dépasse tout entendement.

 

 

Le tawhîd est également la réalisation d'un amour profond pour Allâh et une commun�on sans partage avec Lui (qu'Il soit exalté). C'est ainsi que le Shaykh Dhu-n-Nûn Al Misrî (qu'Allâh l'agrée) a dit : " La peur de l'Enfer devant la peur de la séparation est telle une goutte devant une mer immense. "

 

 

Al Imâm Ibn Rajab Al Hanbalî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) rapporta également ceci : " Un connaisseur d'Allâh ('ârif bi Llâh) pleurait toute la nuit et disait : " Si Tu me châties, je demeure à T'aimer ; et si Tu me fais miséricorde, je demeure à T'aimer. ". " Et il commenta cette parole en disant : " Les 'Ârifîn craignent plus le voilement que le châtiment. " [Tahqîqu Kalimat Il Ikhlâs].

 

 

Et comme on le rapporte de Sayyidunâ 'Alî Ibn Abî Tâlib (qu'Allâh anoblisse son visage) : " Ô Allâh ! Je ne t'ai adoré ni pour accéder à Ton paradis, ni pour échapper à Ton enfer ! Je ne t'ai adoré que par amour pour Toi ! " Allâh est vraiment Celui qui est digne d'être adoré, Il est Le Sublime, Le Parfait, L’Immensément Puissant qui quelque soit ce qu'Il fait et fera pour nous, mérite d'être adoré. Il est Le Juste, Le Digne de louanges. Car en vérité, le tawhîd n'est ni plus ni moins qu'une justice faite à Allâh par le croyant. Sayyidunâ 'Abdu Llâh Ibn 'Abbâs (qu'Allâh l’agrée ainsi que son père) a d'ailleurs dit : " Être juste, c'est témoigner qu'il n'y a point de divinité sinon Allâh, et être vertueux, c'est la pratique de la servitude. "

 

 

Et le Shaykh Abû Sulaymân As Sûfî (qu'Allâh l'agrée) a dit :

 

 

" S'Il me reproche mon avarice, je Lui demande Sa largesse, s'Il me reproche mes péchés, je Lui demande Son pardon, et s'Il me fait entrer en Enfer, j'informerai les gens de l'Enfer que je L'aime. "

 

 

Et à l'Imâm Ibn Rajab Al Hanbalî de conclure :

 

 

" Ô mes frères ! Concentrez à présent vos efforts dans la réalisation du tawhîd, car on ne saurait être sauvé du châtiment Divin sans celle-ci. Il n'y a pas meilleure parole que les gens aient prononcé que Lâ ilâha Illa Llâh ! "

 

 

Et Allâh (qu’Il soit exalté) dit :

 

 

" C'est Lui qui détient les clefs de l'inconnaissable. Nul autre que Lui ne les connaît. Et Il connaît ce qui est dans la terre ferme, comme dans la mer. Et pas une feuille ne tombe qu'Il ne le sache. Et pas une graine dans les ténèbres de la terre, rien de frais ou de sec, qui ne soit consigné dans un livre explicite. " (6:59)

 

 

" Rien n'est tel que Lui, Il est Celui qui entend et voit toute chose. " (42:11)

 

 

" Je tourne mon visage exclusivement vers Celui qui a créé (à partir du néant) les cieux et la terre; et je ne suis point de ceux qui Lui donnent des associés. " (6:79)