Accueil > Les Noms et Attributs d'Allâh > Article

Les Attributs Divins de l'Ouïe et de la Vue - As Sam' wa Al Basar (Al Ghazâlî)

Jui 5, 2014

1024px-israel-2013-jerusalem-temple-mount-dome-of-the-rock-detail-01

* Signification de cet Attribut :

 

 

Hujjat Ul Islâm Abû Hâmid Al Ghazâlî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit dans son Ihyâ° 'Ulûm Id Dîn à propos des Attributs de l'audition et de la vue :

 

 

" Allâh (qu'Il soit exalté) est Oyant et Clairvoyant : Il entend et voit. Rien de ce qui est audible, même caché, n'échappe à Son audition ; rien de ce qui est visible, même infime, n'échappe à Sa vue. Aucune distance ne peut altérer Son audition et aucune obscurité ne résiste à Sa vue.

 

 

Il voit sans pupilles ni paupières et entend sans tympans ni oreilles, de même qu'Il connait sans cœur, saisit sans membre, et crée sans instrument. Ses Attributs ne ressemblent pas à ceux de Ses créatures, ni Son Essence ne ressemble à la leur […].

 

 

Allâh est Oyant et Clairvoyant. Rien n'échappe à Son regard, ni les appréhensions de la conscience, ni les méandres de l'imagination, ni les pensées les plus intimes. Il entend absolument tout, même le bruit provoqué par une fourmi sur un rocher sombre en pleine nuit ténébreuse. Comment ne serait-Il pas Oyant et Clairvoyant alors que l'Audition et la Vision sont indubitablement des signes de perfection ? Comment la créature pourrait être plus parfaite que son Créateur, comment l'objet fabriqué pourrait-il être plus étincelant et complet que son Fabriquant ? Comment la répartition existentielle pourrait-elle être équitable si les créatures étaient plus parfaites que leur Créateur ? "

 

 

* Preuves de la réalité de cet Attribut pour Allâh :

 

 

Allâh (qu'Il soit glorifié et exalté) dit :

 

 

" Rien ne Lui ressemble. Il entend et voit tout. " (42:11).

 

 

Hujjat Ul Islâm Al Ghazâlî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit suite à ce qui fut rapporté plus haut :

 

 

" Si tel n'était pas le cas, l'argument que Ibrâhîm donna à son père (qui était en réalité son oncle qui s'occupa de lui), qui adorait les idoles par ignorance et erreur, n'aurait eu aucune valeur : " Cher père ! Pourquoi adores-tu ce qui ne peut ni entendre, ni voir, ni t'être d'un quelconque secours ?! " (19:42). Si l'on avait pu en dire autant de son Seigneur, l'argument d'Ibrâhîm se serait retourné contre lui car il aurait été nul et non avenu. Et ceci aurait également enlever tout crédit à la Parole Divine qui dit : " Tel est l'argument décisif que Nous avons fourni à Ibrâhîm contre son peuple. " (6:83).

 

 

Ainsi, de même que nous convenons qu'Allâh agisse sans pour autant disposer d'un corps, et sait sans pour autant disposer d'un cœur ni d'un cerveau, nous concevons totalement qu'Il voit sans pupille et entend sans oreille. Le raisonnement est identique dans chacun des cas. "