Accueil > La prédestination > Article

Les aspirations des créatures ne peuvent changer la destinée (Ibn 'Ajîbah)

Fév 14, 2014

4b79c24743983fc995b0d83cf828026d

 

L'Imâm As Sayyid Ahmad Ibn 'Ajîbah Al Hasanî (que La Paix soit sur lui) a dit dans son commentaire des Hikam intitulé 'Ibâd Un Ni'am 'An Iqâz Il Himam Fî Sharh Al Hikam :

 

 

" L’aspiration ou ambition spirituelle (al himmah) est la force que le cœur projette lorsqu’il recherche quelque chose avec dévouement. Si ce qui est recherché est élevé, comme la connaissance de Dieu ou son agrément, cela s’appelle une haute aspiration. Si la chose recherchée rabaisse, telle que courir après les biens de ce monde, alors c’est une basse aspiration. Avoir des ambitions préalables élevées est un gage de qualités innées ; requises si l’on désire se purifier. On peut dire d’une autre manière que les murs de la prédestination ne peuvent être transpercés par les aspirations préalables. Cela signifie que si le connaissant (al 'ârif) ou le disciple (al fâqir) aspire ou ambitionne à quelque chose, et que celle-ci devient de plus en plus forte, alors Dieu fera advenir la chose visée en un instant parce qu’Il est capable de tout. Les volontés, les décisions et les actes deviennent alors ceux de Dieu. Le Shaykh de notre Shaykh Mulay Al 'Arabî a dit : " Si le disciple sincère est annihilé dans le Nom lorsqu’il ambitionne quelque chose, celle-ci survient. " Voilà la signification de la sagesse concernant les aspirations et la prédestination. Dans certains récits, on rapporte que Dieu L'Exalté dit : " O Mon serviteur, Je suis Dieu, quand Je dis à une chose " soit ", elle est ! Obéis-Moi, et Je ferai en sorte que lorsque tu dis à une chose " soit ", elle est. " Une tradition prophétique authentique le dit aussi : " Quand Je l’aime, alors Je suis sa vue, son ouïe, ses mains, Je serai pour lui un soutien, s’il Me demande, Je lui donne […] "

 

 

Il faut noter cependant que la volonté et l’ambition ne se dissocient pas du décret et du destin Divin ; elles sont en harmonie totale avec Sa volonté. Si l’aspiration (al himmah) d’un connaissant se dirige vers une chose en harmonie avec le décret divin, c’est par la permission de Dieu. Si les remparts de la prédestination se dressent, l’ambition n’essaye pas de forcer le passage. Au contraire, elle fait preuve de bienséance, s’harmonise avec la prédestination et revient à son état de servitude, sans regret ni tristesse. Elle se réjouit de revenir à la place qui lui est désignée et de retrouver son attribut de servitude. Le shaykh de nos shuyukh Sayyidî 'Alî a dit : " Quand nous disons quelque chose et qu’elle se produit, nous éprouvons de la joie, et si elle ne se produit pas, cette joie est multipliée par dix. " Ceci, car il a reçu la connaissance divine. On a demandé à un des connaissants : " Comment as-tu acquis la connaissance divine ? " Il répondit : " En abandonnant et en contrariant toute volonté propre ", et cela est le résultat d’une forte aspiration. Si celui qui a une ambition est malveillant comme l’envieux ou le sorcier qui jette le mauvais œil, il se peut que ce qu’il a visé se réalise avec la permission de Dieu, mais lui non plus ne traverse pas les remparts de la prédestination avec ses ambitions. Ce n’est que par la volonté de Dieu, l’Unique, le Contraignant, que cela s’est produit. L'Exalté a dit : " Ils ne sont capables de nuire à personne qu’avec la permission de Dieu. " L'Exalté dit également : " Mais vous ne pouvez vouloir que si Dieu veut. " Le Prophète, que la prière et les salutations soient sur lui, a dit : " Tout est prédestiné et décrété, même l’incapacité (faiblesse) ou l’intelligence. " Ceci concerne tout acte fait avec ardeur, quant à l’aspiration faible, rien ne se produit, car elles ne peuvent influer sur ce qui les a précédées, que cela soit dans le bien ou dans le mal. Les métaphores des remparts et de l’action de les pénétrer signifient que celui qui essaye de pénétrer les remparts ne se rend pas compte des forces qui sont confrontées à celle de l’ambition (himmah) du disciple face aux murs du destin. D’un côté, il y a Celui qui assiège, c’est Le Contraignant, et d’un autre côté, il y a le serviteur insignifiant dont la force n’est d’aucune utilité.

 

 

Si l’aspiration spirituelle ne peut briser les remparts de la prédestination, alors que dire du fait de vouloir choisir ce que l’on veut et de se charger de soi-même (tadbir) comme le dit la sagesse suivante. "

 

 

Fin de citation.

 

 

Lien source : Amehorizon.fr