Accueil > La prédestination > Article

Islamité et mécréance de certains qadarites (Al Khattâbî, Al Haytamî, Al Munâwî...)

Mai 4, 2014

26868853-380798859048629-6407671402643587072-n

 

Le Hâfiz Abû Dâwud (qu’Allâh lui fasse miséricorde) rapporta dans son Sunan que le Messager d'Allâh () a dit :

 

 

" Les qadarites sont les zoroastriens de cette communauté "

 

 

La chaîne de transmission de ce hadîth est sujette à divergence quant à sa validité, l’Imâm Abû ’Abdi Llâh As Saffârînî Al Hanbalî a d’ailleurs dit dans son Lawâmi’ Ul Anwâr : " Elle n’est a considérer pas plus que viable (hasan). " Certains l'authentifièrent et d'autres l'affaiblirent.

 

 

Quoiqu'il en soit, l'Imâm Abû Sulaymân Al Khattâbî (qu’Allâh lui fasse miséricorde) expliqua ce hadîth en ces termes dans son commentaire du Sunan Abî Dâwud :

 

 

" Le Prophète () les compara aux zoroastriens car leurs opinions étaient similaires à celles des zoroastriens qui croient aux deux principes de la lumière et de l'obscurité, ils affirmaient ainsi que le bien était une action de la lumière et que le mal était une action des ténèbres, ils croyaient ainsi au dualisme. Similairement, les qadarites attribuent le bien à Allâh (qu'Il soit exalté) tandis qu'ils attribuent le mal à autre que Lui. Mais Allâh (qu'Il soit glorifié et exalté) est le Créateur du bien et du mal, aucun d'eux ne peut se produire si ce n'est par Sa volonté, ils Lui sont donc attribués dans le sens où Il les a créés et les amena à l'existence, et ils sont attribués à ceux qui les font de Ses esclaves dans le sens où ils commettent ces actions, puis ils sont attribués à ceux qui les mettent en pratique parmi Ses esclaves dans le sens où ce sont eux qui commettent ces actions. "

 

 

Ce hadîth ne déclare donc pas forcément l'ensemble des qadarites comme mécréant, mais il leur attribut cependant une similutide avec des mécréants, ici les zoroastriens, comme cela est régulièrement le cas avec les hérésies. Ceci est la raison pour laquelle l'hérésie est tant détestée par les partisans de la sunnah car elle constitue régulièrement au minimum une mécréance pouvant amener l'hérétique vers une sortie totale de l'Islâm. Précisons également que la quasi totalité des ahâdîth rapportés sur les qadarites sont faibles ou inventés à des fins partisanes, et sont donc irrecevables.

 

 

Et l’Imâm Ahmad Ibn Hajar Al Haytamî Al Makkî (qu’Allâh lui fasse miséricorde) a dit dans Sharh Ul Arba'în :

 

 

'' Sache que la foi en la prédestination est divisée en deux parties :

 

 

- la foi dans le fait qu'Il (exalté soit-Il) sait de toute éternité les bonnes et les mauvaises actions de l'esclave – à savoir l'ensemble de ce qui est possible et concevable à l'égard de cette Science ; et qu'Il a consigné et comptabilisé cela auprès de Lui; et que les actions des créatures sont effectuées en accord avec Sa Science Pré-éternelle.

 

 

- Deuxièmement, [la foi dans le fait] qu'Il (exalté soit-Il) a créé les actions de Ses esclaves et qu'Il n'est pas sujet [aux définitions humaines de] bonté, méchanceté, mécréance et de foi. Cette seconde chose est reniée par l'ensemble des qadarites, tandis que la première est reniée seulement par un groupe fanatique parmi eux. Nombreux furent ceux à les qualifier de mécréants (kuffâr) pour avoir renié cela. Le point de divergence [chez les sunnites] réside vis-à-vis de ceux qui ne renient pas la Science Pré-éternelle, car si cela advenait ils seraient alors des mécréants, tel que Ash Shâfi'î le notifia, ainsi que l'Imâm Ahmad et d'autres. ''

 

 

Et le Hâfiz ‘Abd Ur Ra°ûf Al Munâwî (qu’Allâh lui fasse miséricorde) a dit aussi dans son commentaire du Jâmi' Us Saghîr de As Suyûtî :

 

 

'' Il y a une divergence d’opinion à propos du fait de considérer comme mécréants les qadarites affirmant que le bien provient d’Allâh (qu’Il soit exalté) tandis que le mal serait créé par les gens, bien qu'agissant en Son Nom. Mais concernant les qadarites déniant le fait que Allâh (qu’Il soit exalté) a décrété les choses depuis la pré-éternité et qui considèrent les évènements [de la création] comme étant une [réalité impliquant] un perpétuel renouvellement et des nouveaux commencements, qu’il n’y a pas de décret, que Allâh (qu’Il soit exalté) n’a pas de science sur tout cela et qu’Il en a connaissance seulement après que [ces évènements] se produisent, alors ces derniers sont des mécréants et il n’y a aucune divergence d’opinion concernant ce point précis, tel que An Nawawî le rapporta de ‘Iyâd. ''

 

 

Les qadarites sont donc de deux sortes et tous ne sont pas à considérer comme sortis de l’Islâm à cause de leurs hérésies. Tout ceci dénote bien la différence à faire entre le premier type de qadarites, qui demeure musulman bien qu’hérétique selon les sunnites, et le second type qui a outrepassé les limites et a sombré dans la mécréance. C'est ce deuxième groupe qui est concerné par l'anathème que l'on trouve dans les propos des pieux prédécesseurs (as salaf) à l'encontre des qadarites, comme ceux rapportés de l’Imâm Zayd Ibn ‘Alî (que La Paix soit sur lui) - dont l'Imâm Ash Shahrastanî (qu’Allâh lui fasse miséricorde) a rapporté des accointances avec la doctrine mu’tazilite - dans Al Musnad :

 

 

'' Ne priez pas derrière les harûrrites (khawârij détestant Sayyidinâ ‘Alî), les murjites, les qadarites, ni derrière un haineux déclarant la guerre à la famille de Muhammad (). ''

 

 

Et le Shaykh Sulaymân Ibn ‘Abd Il Wahhâb At Tamîmî (qu’Allâh lui fasse miséricorde) a dit dans son Sawâ’iq Ul Ilâhiyyah :

 

 

" Ainsi, les compagnons et les épigones qui les réfutèrent mirent en lumière leur égarement et ne dirent que la vérité. La plupart des meneurs de ces gens [qui adoptèrent le qadarisme] furent exécutés par les gouverneurs de leurs époques, mais ce que les savants ont précisé est qu’ils furent exécutés par sentence juridique afin de contrecarrer et parer le mal que l’on craignait [à cause de leurs idées si jamais elles se répandaient]. Après qu’ils furent exécutés, ils furent lavés, on pria sur eux et ils furent enterrés dans les cimetières des musulmans […] "

 

 

Qu’Allâh nous guide vers le droit chemin et nous préserve de tout mal. Allâhumma âmîn.