Accueil > Biographies de grandes figures de l'Islam > Article

Hafsah Bint Sîrîn – حفصة بنت سيرين (d.101)

Jui 12, 2014

18268310-677536942440680-5002644923195657258-n

Al Hâfiz Adh Dhahabî a dit dans son Siyar A’lâm In Nubalâ° :

 

 

" Hafsah Bint Sîrîn, Ummu-l-Hudhayl, la juriste, la ansarite. Elle apprit auprès de Ummu 'Atiyyah, Ummu-r-Râ°ih, son maître Anas Ibn Mâlik et Abu-l-'Âliyyah [Ar Riyâhî]. Apprirent auprès d'elle son frère Muhammad, ainsi que Qatâdah, Ayyûb [As Sakhtiyânî], Khâlid Al Hadhdhâ°, [‘Abdu Llâh] Ibn 'Awn et Hishâm Ibn Hisân.

 

 

Je rapporte que Iyyâs Ibn Mu'âwiyah a dit : " Je ne connais pas une personne plus sage qu'elle. " Et il a dit : " Elle récita [entièrement] le Qur°ân alors qu'elle était âgée de 12 ans, et vécut 70 ans. C’est ce que Al Hasan [Al Basrî] et [Muhammad] Ibn Sîrîn mentionnèrent. " Et il a dit encore : " Selon moi, il n’y pas une personne meilleure qu’elle. "

 

 

Mahdî Ibn Maymûn a dit : " Je l'ai côtoyé durant 30 années et elle ne sortait jamais si ce n'est pour une sieste ou pour une nécessité. " Il a dit aussi : " Elle décéda après l'an 100. ". "

 

 

Et l’Imâm Abu-l-Faraj Ibn Al Jawzî rapporta dans son Sifat Us Safwah :

 

 

" ‘Âsim Ibn Al Ahwal a dit : " Nous avions l’habitude d’entrer chez Hafsah Bint Sîrîn alors qu’elle mettait son voile et se cachait le visage. Alors que nous lui disions : " Qu’Allâh te fasse miséricorde ! Allâh (qu’Il soit glorifié et exalté) dit : " Et quant aux femmes atteintes par la ménopause qui n’espèrent plus le mariage, nul reproche à elles d’enlever leurs vêtements de [sortie], sans cependant exhiber leurs atours… " (24:60), elle répondit : " Y-a-t-il quelque chose après cela ? " Et elle ajoutait [la suite du verset] : " Et si elles font preuve de pudeur, cela est meilleur pour elles. Et Allâh entend et sait tout. " C’est la une confirmation du voile. ". "

 

 

Hishâm Ibn Hisân a dit : " Hafsah nous disait : " Ô vous les jeunes ! Œuvrez pendant que vous êtes jeunes, car je ne vois les œuvres [faciles et abondantes] que lorsque nous sommes jeunes. ". "

 

 

Mahdî Ibn Maymûn rapporta : " Hafsah est restée dans son oratoire pendant 30 ans, ne sortant que pour une nécessité ou une sieste. "

 

 

Hishâm rapporta que lorsque [son frère Muhammad] Ibn Sîrîn trouvait une difficulté dans la lecture du Qur°ân, il disait : " Allez voir Hafsah et demandez-lui comment elle récite. "

 

 

Hishâm Ibn Hisân rapporta que Hafsah avait acheté une esclave, originaire du Sind (Pakistan) je crois. Un jour, on demanda à cette dernière : " Comment trouves-tu ta maîtresse ? " Ibrâhîm rapporta qu’elle répondit par des mots en langue persane dont la traduction était qu’elle était une femme vertueuse, mais [tellement était-elle étonnée d’une telle piété qu’elle se disait] qu’elle avait du commettre un grand péché par le passé vu qu’elle passait la nuit entière à pleurer et prier.

 

 

Abd Ul Karîm Ibn Mu’âwiyah a dit : " Il nous a été rapporté que Hafsah récitait chaque nuit la moitié du Qur°ân, qu’elle jeûnait continuellement en ne rompant le jeûne que lors des deux fêtes [de la fin du ramadan et du sacrifice] et des jours de tashrîq. "

 

 

Hishâm Ibn Hisân a dit : " J’ai vu Al Hasan [Al Basrî] et [Muhammad] Ibn Sîrîn, mais je n’ai pas vu plus sage que Hafsah. "

 

 

Hishâm a dit aussi : "Hafsah avait un linceul préparé qu’elle mettait dès qu’elle entrait en état de sacralisation lorsqu’elle allait au Pèlerinage. Elle le mettait aussi durant les dix derniers jours du ramadan lorsqu’elle veillait en prière. ". "

 

 

Elle eut aussi une sœur prénommée Karîmah qui était une grande soufie et qui consacra sa vie à l’adoration d’Allâh. Ibn Al Jawzî rapporta de Mahdî Ibn Maymûn qu’elle fit une retraite spirituelle d’une durée de 15 ans.

 

 

Qu’Allâh fasse miséricorde à la Shaykhah Hafsah Bint Sîrîn Al Basriyyah ainsi qu’à ses frères et sœurs. Qu’Allâh illumine sa tombe et lui accorde les plus hauts degrés de Paradis. Allâhumma âmîn.