Accueil > Biographies de grandes figures de l'Islam > Article

Abu-l-Hasan Al Bâhilî - أبو الحسن الباهلي (d.370)

Jui 1, 2014

23480164403-b127e042ae-b

Il s’agit de l’un des plus éminents élèves de l’Imâm Al Ash’arî et de l’élite des théologiens sunnites de son temps.

 

 

Al Imâm Abu-l-Qâsim Ibn ‘Asâkir Ad Dimashqî a dit de lui dans son Tabyîn Kadhîb Il Muftarî :

 

 

" Le Shaykh Abu-l-Muzaffar Ahmad Ibn Al Hasan Ibn Muhammad Ash Sha’îrî nous dit dans la ville de Bistâm :

 

 

" Mon grand-père maternelle Abu-l-Fadl Muhammad Ibn ‘Alî Ibn Ahmad As Sahlakî nous rapporta en disant : " Un parmi les gens de science et du soufisme me dit que Al Qâdî Abû Bakr Ibn Al Bâqillânî (qu’Allâh lui fasse miséricorde) a dit :" Moi, le professeur Abû Ishâq Al Isfarâyînî et le professeur Abû Bakr Ibn Fawrak (qu’Allâh leur fasse miséricorde), assistions aux cours de Abu-l-Hasan Al Bâhilî, qui était un élève de Abu-l-Hasan Al Ash’arî. "

 

 

Et Al Qâdî Abû Bakr a dit aussi : " Le Shaykh Al Bâhilî nous enseignait tous les vendredi. Il avait un voile et faisait tomber un rideau entre nous et lui afin que nous ne puissions le regarder. "

 

 

Et il dit : De par l’intensité de sa préoccupation d’Allâh (qu’Il soit exalté), il était semblable à un illuminé (majnûn) ou bien quelqu’un ne sachant plus où il se trouve. Il ne se rappelait pas du moment venu de nos leçons jusqu’à ce qu’on le lui rappelle. "

 

 

Et il a dit : " Nous lui avons demandé la raison de son voile et du rideau qu’il faisait tomber entre lui et nous trois, ainsi que de tous. Il nous répondit que nous voyions la populace, qu’ils sont des gens distraits [d’Allâh], et que c’était avec cet œil [qui voyait la populace éprise de ce bas-monde] avec lequel nous le voyions ensuite. "

 

 

Et il a dit : " Et il avait aussi une servante à son service. Elle était logée à la même enseigne que les autres par ce dernier, il se voilait et faisait tomber un rideau [entre elle et lui). ". ". "

 

 

Et Abu-l-Muzaffar rapporta qu’il entendit son grand-père dire : " J’ai entendu Sufyân le théologien dialectique et soufi, qu’Allâh lui fasse miséricorde, dire : " J’ai entendu Ahmad Al Fursânî (qu’Allâh lui fasse miséricorde) dire : " J’ai entendu Al Ustâdh Abû Ishâq (qu’Allâh lui fasse miséricorde) dire : " Lorsque j’étais aux côtés de notre maître Abu-l-Hasan Al Bâhilî, j’étais telle une goutte d’eau dans l’océan, et j’ai entendu le Abu-l-Hasan Al Bâhilî dire : " Lorsque j’étais aux côtés du Shaykh Al Ash’arî, j’étais telle une goutte d’eau dans l’océan. ". ". ". "

 

 

Et le Hâfiz Shams Ud Dîn Adh Dhahabî a dit à son sujet dans son Siyar A’lâm In Nubalâ° :

 

 

" L’érudit, le maître des théologiens dialectiques (shaykh ul mutakallimîn) Abu-l-Hasan Al Bâhilî Al Basrî, l’élève de Abu-l-Hasan Al Ash’arî. Il surpassait dans les sciences rationelles, il était éveillé, très intelligent, une langue éloquente, vertueux et pieux.

 

 

Ibn Al Bâqillânî a dit : " J’assistais aux cours de Abu-l-Hasan Al Bâhilî avec Abû Ishâq Al Isfarâyînî et Abû Bakr Ibn Fawrak, il nous enseignait tous les vendredi. Il faisait tomber un rideau entre nous et lui. De par l’intensité de sa préoccupation d’Allâh, il était semblable à un illuminé (majnûn) ou bien quelqu’un de troublé. Il ne se rappelait pas du moment venu de nos leçons jusqu’à ce qu’on le lui rappelle. Et lorsque nous lui avons demandé la raison du voile, il répondit que nous voyions la populace, qu’ils sont des gens distraits [d’Allâh], et que c’était avec cet œil [qui voyait la populace éprise de ce bas-monde] avec lequel nous le voyions ensuite. Et il alla même jusqu’à se voiler face à sa servante. "

 

 

Et Al Ustâdh Al Isfarâyînî a dit : " Lorsque j’étais aux côtés de notre maître Abu-l-Hasan Al Bâhilî, j’étais telle une goutte d’eau dans l’océan, et je l’ai entendu dire : " Lorsque j’étais aux côtés du Shaykh Al Ash’arî, j’étais telle une goutte d’eau dans l’océan. ". ". "

 

 

Et parmi ses plus belles œuvres figurent ce qu’il laissa au Monde Musulman comme érudits de la sunnah qu’il forma avec excellence, dont les éminentes autorités intellectuelles que furent Abû Bakr Al Bâqillânî, Abû Bakr Ibn Fawrak et Abû Ishâq Al Isfarâyînî.

 

 

Qu’Allâh lui fasse miséricorde, illumine sa tombe et lui accorde les plus hauts degrés du Paradis. Allâhumma âmîn.