Accueil > Biographies de grandes figures de l'Islam > Article

'Abd Ul Qâdir Ibn Mûsâ Al Jaylânî - عبد القادر بن موسى الجيلاني (d.561)

Jui 9, 2014

'Abd Ul Qadir Ibn Musa Al Jaylani - عبد القادر بن موسى الجيلاني (d.561)

Il s'agit de l'Imâm As Sayyid 'Abd Ul Qâdir Al Jaylânî Ibn Mûsâ Ibn Abî Sâlih 'Abdi Llâh Ibn Yahyâ Jankî Dûst Ibn Muhammad Ibn Dâwûd Ibn Mûsâ Ibn 'Abdi Llâh Ibn Mûsâ Ibn 'Abdi Llâh Ibn Al Hasan Ibn Al Hasan Ibn 'Alî Ibn Abî Tâlib. Son nom est parfois orthographié Al Kaylânî ou Al Jîlânî. Il fut notamment surnommé Muhyi-d-Dîn (vivificateur de la religion) et Bâzu Llâh Al Ash-hab (le faucon gris d'Allâh).

 

Dans son Siyar A’lâm In Nubalâ°, Al Hâfiz Adh Dhahabî introduisit sa biographie en disant de lui :

 

 

" Le shaykh, l’imâm, l’érudit, l’ascète, le saint connaisseur [d’Allâh] (al ‘ârif), le modèle exemplaire, shaykh ul islâm, l’élite des saints, le vivificateur de la religion, Abû Muhammad ‘Abd Ul Qâdir Ibn Mûsâ Ibn Abî Sâlih ‘Abdi Llâh Ibn Jankî Dûst Al Jaylanî Al Hanbalî, le maître de Baghdad. "

 


Et l’Imâm Ibn Rajab Al Hanbalî, qui fut un adepte de la tarîqah du Shaykh ‘Abd Ul Qâdir, fit sa biographie en ces termes dans son Dhaylu Tabaqât Il Hanabilah :

 


" L'ascète, le maître de son époque, la référence des Connaisseurs d'Allâh, le sultan des savants, le maître des adeptes de la Voie [spirituelle] de son temps, la vivificateur de la foi, Abû Muhammad, l'homme aux multiples stations spirituelles, miracles, sciences, connaissances innées et sublimes états spirituels.

 


[...] Il naquit en 470 H. ou 471 H. à Kaylân et s'installa à Baghdad au cours de sa jeunesse. Il apprit le hadîth auprès de Abû Ghâlib Ibn Al Bâqillânî, Ja‘far As Sarrâj, Abû Bakr Ibn Sawsân, Ibn Bayân, Abû Tâlib Ibn Yûsuf, Ibn Khushaysh et Ubayy An Narsî. Il aquit une grande maîtrise de la jurisprudence [hanbalite] auprès du Qâdî Abû Sa‘d Al Makharrimî et Abu-l-Khattâb Al Kaludhânî. Il est dit qu'il étudia également auprès de ‘Alî Ibn ‘Aqîl et du Qâdî Abu-l-Husayn, et devint expert concernant le madh-hab, les divergences existantes en son sein et leurs fondements etc. Il étudia la littérature auprès de Abû Zakariyyâ At Tabrîzî. Il demeura auprès de l'ascète, le Shaykh Hammâd Ad Dabbâs et enseigna au sein de l'école de son maître Al Makharrimî. Il y est resté jusqu'à sa mort et y être enterré.

 

 

Ibn Al Jawzî a dit : " Cette madrasah était assez pittoresque et a été remise au Shaykh 'Abd Ul Qâdir qui y donnait des cours aux gens. Il devint renommé pour son ascétisme. Il avait d'excellentes manières et était silencieux. La madrasah devint petite en raison du grand nombre de personnes qui y affluait. Il avait l'habitude de s'asseoir près de la porte d'entrée de la ville, s'appuyant sur le ribat, et beaucoup de gens venaient alors à sa rencontre en rentrant dans son assemblée. La madrasah fût par la suite retapée et agrandie, et c'est un grand nombre de gens qui se mobilisèrent pour ses travaux. Il demeurait dans sa madrasah, enseignant et prêchant jusqu'à ce qu'il mourût. "

 

 

Ibn As Sam'ânî le mentionna en disant : " Il fut l'imâm des hanbalites et leur shaykh à son époque. Il était un jurisconsulte, pieux, ascète, quelqu'un qui faisait beaucoup l'aumône, une personne de grande renommée, constamment préoccupée [par son Seigneur] et qui pleurait facilement. J'ai écris [des enseignements] de lui. Il vivait près de la porte Al Azaj dans la madrasah que l'on construisit pour lui […] "

 

 

Je dis : Shaykh 'Abd Ul Qâdir fréquenta les gens et délivra ses leçons après l'an 520 H. Il fut très largement apprécié par les gens. Ils croyaient fermement à son attachement à la religion et à sa piété. Ils bénéficiaient de lui, de ses paroles et de ses conseils. Les ahl us sunnah triomphèrent grâce à son émergence. Sa vie, ses propos et son dévoilement spirituel devinrent célèbres. Les rois le craignaient, alors quel devait être l'état de ses disciples ?!

 

 

Le Shaykh Muwaffaq Ud Dîn [Ibn Qudâmah Al Maqdisî], l'auteur de Al Mughnî, a dit : " Je n'ai jamais entendu autant de miracles rapportés sur quelqu'un plus que ce qui a été rapporté concernant Shaykh 'Abd Ul Qâdir. Je n'ai vu aucune personne être exaltée plus que lui pour la religion. " Et le Shaykh 'Izz Ud Dîn Ibn 'Abd Is Salâm, le maître des shâfi'ites, a dit : " Les miracles d'aucuns maîtres spirituels ne furent rapportés avec autant de notoriété (tawâtur) que ceux du Shaykh 'Abd Ul Qâdir. Ses miracles furent vraiment rapportés en masse. "

 

 

[…] Et j'ai également lu les écrits de Ibn Al Hanbalî où il est mentionné que son oncle maternel Abu-l-Hasan Ibn Najâ°, l'orateur (al wâ°iz), a rencontré Shaykh 'Abd Ul Qâdir. Il a rapporta de lui qu'il a dit : " Le jour de la fête du sacrifice, je me rendais au lieu de prière plus tôt qu'à l’accoutumé et me plaça à l'endroit où le Shaykh 'Abd Ul Qâdir avait l'habitude de faire sa prière. " Puis il continua en disant : " Shaykh 'Abd Ul Qâdir est venu et un grand groupe de personnes l'accompagnait. Les gens lui embrassaient la main puis il fit deux unités de prières avant que la prière [de la fête eut lieu]. Je me suis dis alors : " Quelle est donc cette prière ? La sunnah est qu'il n'y a pas de prière surérogatoire avant [la prière de la fête]... " Quand il clôtura sa prière, il se tourna vers moi et me dit : " Il y a une raison à cela. ". " […]

 

 

Shaykh 'Abd Ul Qâdir (qu'Allâh lui fasse miséricorde) s'exprima excellemment à propos du tawhîd, des Attributs d'Allâh, de la prédestination et concernant les sciences de la gnose (al ma'rifah) en concordance avec la sunnah. Il écrivit Al Ghunyah Li Tâlibi Târiq Il Haqq qui est célèbre, ainsi que Futûh Ul Ghayb. Ses élèves recueillirent nombre de ses exhortations qu'il livraient lors de ses assemblées. Il adhérait fortement à la sunnah sur les sujets des Attributs d'Allâh, de la prédestination etc et réfuta en profondeur ceux qui s'y sont opposés. […]

 

 

Je rapporte également des écrits de Sayf Ibn Al Majd Al Hâfiz : " J'ai entendu le maître et ascète 'Alî Ibn Salmân Al Baghdâdî, communément connu sous le nom de Al Khabbâz (le boulanger), dans son ribat situé dans la partie ouest de Baghdad, rapporter que le Shaykh 'Abd Ul Qâdir Al Jîlî — et combien était-il remarquable, c'était un homme doté d'un tel dévoilement et ayant fait des miracles tels que je n'ai rien entendu de rapporté de similaire sur qui que ce soit en son temps — a dit : " Il n'y aura aucun Saint d'Allâh (exalté soit-Il) sauf en étant en concordance avec la croyance de Ahmad, qu'Allâh l'agrée… "

 

 

Ibn An Najjâr a dit : " J'ai entendu Abû Muhammad Al Akhfâsh dire : " J'avais l'habitude d'aller chez le Shaykh 'Abd Ul Qâdir au milieu de l'hiver lorsqu'il faisait très froid. Il n'était habillé que d'une tunique d'une seule pièce et d'un couvre-chef. Pourtant, de la transpiration suait de son corps et si jamais quelqu'un se mettait près de lui, il se sentait comme si il faisait une grande chaleur. "

 

 

[...] Ibn Al Jawzî a dit : " Shaykh 'Abd Ul Qâdir mourut un samedi soir, le 8 Rabî' Ul Âkhir — et certains ont dit que c'était le 9 — 561 H., après la prière du crépuscule. Il fut enterré immédiatement au sein de la madrasah [où il officiait], alors âgé de 90 ans. "

 

 

J'ai entendu dire qu'il disait au moment de sa mort : " Avec facilité, avec facilité ". Il voulait dire par cela : " Et que La Paix soit sur vous, et que La Paix soit sur vous (wa 'alaykum as salâm). Je viens à vous, je viens à vous ! ". "

 

 

Et Al Hâfiz Adh Dhahabî a dit aussi :

 

 

" Il rapporta [le hadîth] de Abî Ghâlib Al Bâqillânî, Ahmad Ibn Al Muzaffar Ibn Sûs, Abi-l-Qâsim Ibn Bayân, Ja’far Ibn Ahmad As Sirâj, Abî Sa’d Ibn Khushaysh, Abî Tâlib Al Yûsufî, et une multitude d’autres.

 

 

Rapportèrent de lui As Sam’ânî, ‘Umar Ibn ‘Alî Al Qurashî, Al Hâfiz Abd Ul Ghanî [An Nabulsî], le Shaykh Muwaffaq Ud Dîn Ibn Qudâmah, ses fils ‘Abd Ur Razzâq et Mûsâ, le Shaykh ‘Alî Ibn Idrîs, Ahmad Ibn Mutî’ Al Bâjisrânî, Ibn Hubayrah, Muhammad Ibn Layth Al Wustânî, Akmal Ibn Mas’ûd Al Hâshimî, Abû Tâlib ‘Abd Ul Latîf Ibn Muhammad Ibn Al Qubaytî, ainsi que Ar Rashîd Ahmad Ibn Maslamah par une ijâzah spécifique."

 

 

Il fut l’initiateur d’une tarîqah soufie, nommée Al Qâdiriyyah, qui se répandit à travers le monde et à laquelle de célèbres savants s’affilièrent, comme Muwaffaq Ud Dîn Ibn Qudâmah Al Maqdisî, Zayn Ud Dîn Ibn Rajab Al Hanbalî comme dit plus haut, Yûsuf Ibn ‘Abd Il Hâdî, Jalâl Ud Dîn As Suyûtî ou encore Ahmad Al Mâhî. Même les égéries du kharijisme wahhabite que sont Taqîy Ud Dîn Ibn Taymiyyah Al Harrânî et son fidèle disciple Abû Bakr Ibn Al Qayyim Al Jawziyyah y adhérèrent. Ibn Taymiyyah disant ainsi dans son Mas°alât Ut Tabrîziyyah (encore à l’état de manuscrit dans la bibliothèque Az Zâhiriyyah de Damas) :

 

 

" J’ai porté le manteau soufi béni de Shaykh ‘Abd Ul Qâdir Al Jaylâni, ayant entre lui et moi (dans la chaîne de transmission) que deux shaykhs soufis. "

 

 

Et la chaîne de transmission reliant la tarîqah du Shaykh ‘Abd Ul Qâdir au Prophète () est la suivante :

 

 

Sayyidunâ Muhammadun Rasûlu Llâh ()

‘Alî Ibn Abî Tâlib

Al Husayn Ibn ‘Alî Sayyid Ush Shuhadâ

‘Alî Zayn Ul ‘Âbidîn Ibn Al Husayn

Muhammad Ibn ‘Alî Al Bâqir

Ja’far Ibn Muhammad As Sâdiq

Mûsâ Ibn Ja’far Al Kâzim

‘Alî Ibn Mûsâ Ar Ridâ°

Ma’rûf Ibn Fayrûz Al Karkhî

Sarrî Ibn Al Mughallis As Saqatî

Abu-l-Qâsim Al Junayd Al Baghdadî

Abû Bakr Ibn Ja’far Ash Shiblî

‘Abd Ul ‘Azîz Ibn Harth At Tamîmî

‘Abd Ul Wâhid Ibn ‘Abd Il ‘Azîz At Tamîmî

Muhammad Yûsuf At Tartûsî

‘Alî Ibn Muhammad Al Hankarî

Abû Sa’îd Ibn ‘Alî Al Makhzûmî

‘Abd Ul Qâdir Ibn Mûsâ Al Jaylânî

 

 

Et l’Imâm Ahmad Ibn 'Atâ°i Llâh Al Iskandarî rapporta dans son Latâ°if Ul Minân :

 

 

" Le Shaykh Muhyi-d-Dîn Ibn 'Arabî rapporta que Abu-s-Su'ûd Ibn Ash Shiblî était un jour en train de balayer la madrasah du Shaykh 'Abd Ul Qâdir Al Kaylânî, lorsque Al Khadir apparut dans les airs et le salua. Abu-s-Su'ûd leva la tête et lui rendit le salut, puis continua son travail. Al Khadir lui demanda alors s'il ne le connaissait pas pour ne pas lui prêter plus d'attention. Abu-s-Su'ûd lui confirma l'avoir bel et bien reconnu, mais il ajouta en se tournant vers le Shaykh 'Abd Ul Qâdir Al Kaylânî : " Ce Shaykh n'a laissé en moi aucune place pour autre que lui. ". "

 

 

Et parmi ses sagesses figurent celles-ci :

 

 

" Prends sérieusement garde à ne pas désobéir à Allâh (qu’Il soit exalté et magnifié). Tiens-toi constamment à Sa Porte en toute vérité. Consacre toute ton énergie et tous tes efforts à Lui obéir, avec une attitude humble, de sensation de nécessité [à Son égard], conscient de tes défauts, la tête courbée, sans regarder Ses créatures, sans obéir à ta passion, sans chercher une quelconque rétribution, ni dans ce monde, ni dans l’autre, sans désirer d’ascension spirituelle vers les demeures élevées et les stations honorifiques. " [Futûh Ul Ghayb].

 

 

" En vérité, vos longs projets, et vos imposantes demeures, ne sont pas plus solidement établis que sur les vagues de la mer. Le monde est un mirage ; chaque minute qui passe le modifie ou le détruit ; l’ange de la mort ou de la dissolution crie constamment : « enfantez et produisez pour la mort ! Construisez pour la destruction ! » De même que les vagues sont inconsistantes et fugitives, les affaires et les circonstances de ce monde sont changeantes et capricieuses. Ces vicissitudes sont visibles jusqu’à l’évidence ! " [Fath Ur Rabbânî Wa-l-Fayd Ir Rahmânî].

 

 

" Ô ignorant ! Apprends la science. Car sans la science, la prière ne sert à rien ! De même sans la connaissance, la foi, n’est pas profitable. Apprends la science, et agis selon ses règles. Sache que si tu peux te conformer aux connaissances que tu auras acquises, tu bénéficieras du salut ici-bas et du salut pour l’autre vie en même temps. Tout d’abord, si tu manques de patience pour acquérir la science, et pour te conformer ensuite à ses règles, comment peux-tu espérer trouver le salut et le bonheur ? La science n’a pas de bornes, elle est infinie. Mais si tu usais toutes tes forces et toutes tes ressources pour acquérir ce savoir, tu n’en recevrais cependant qu’une faible partie. " [Fath Ur Rabbânî Wa-l-Fayd Ir Rahmânî].

 

 

Qu’Allâh agrée l’Imâm ‘Abd Ul Qâdir Al Jaylânî et répande Sa Paix sur lui ainsi que sur l’ensemble de la Famille du Messager d’Allâh (). Et comme il aimait si souvent l’invoquer : " Ô notre Seigneur ! Donne-nous une belle part ici-bas, une belle part dans l’au-delà, et préserve-nous du châtiment de l’Enfer ! " (2:201). Allâhummâ âmîn.

 

http://www.cgsociety.org/cgsarchive/newgallerycrits/g17/98017/98017_1268988401_large.jpg