Accueil > Tasawwuf > Article

Al ma'rifah : la connaissance spirituelle (Ar Rifâ'î)

Jul 11, 2014

24c3011f346a05570a5639b9ff880834

 

Al Imâm As Sayyid Ahmad Ar Rifâ'î Al Husaynî (que La Paix soit sur lui) a dit :

 

 

" La science de la connaissance spirituelle (al ma'rifah) est une faveur d'Allâh qu'Il accorde à celui qu'Il a élu parmi Ses créatures et choisi pour Sa compagnie.

 

 

Il est rapporté dans un texte traditionnel :

 

 

" La science est de deux sortes : la science de la langue qui est la preuve d'Allâh contre les serviteurs, et la science du cœur qui est la science la plus élevée. Le serviteur ne craint Allâh que s'il possède cette science. "

 

 

En effet, le Prophète (ﷺ) a dit :

 

 

" Celui qui craint le plus Allâh est celui qui connaît Allâh le plus. "

 

 

Et Sufyân Ath Thawrî a dit :

 

 

" Les savants sont de trois sortes :

 

 

- Un homme qui connaît l'ordre d'Allâh (la sharî'ah) mais qui ne connaît pas Allâh. Il s'agit là du savant pervers qui ne convient que pour l'Enfer.

 

- Un homme qui connaît Allâh mais qui ne connaît pas Son ordre. C'est un savant défectueux.

 

- Un homme qui connaît Allâh et qui connaît Son ordre. Voici le savant parfait. "

 

 

On a demandé à un homme qui possède la connaissance spirituelle : " Comment acquérir la connaissance d'Allâh ? " Il répondit en ces termes :

 

 

" On ne Le connaît pas grâce aux choses mais plutôt on connaît les choses grâce à Lui, conformément à ce qu'avait dit Dhu-n-Nûn : " J'ai connu Allâh grâce à Allâh, et j'ai connu tout ce qui est en dehors d'Allâh grâce à la lumière d'Allâh. ". "

 

 

De même, Ibrâhîm (ﷺ) a dit :

 

 

" Mon Dieu ! Sans Toi comment pourrais-je savoir qui Tu es ?! "

 

 

Il en va de même concernant la Sainte Rabî'ah Al 'Adawiyyah. Elle demanda à Dhu-n-Nûn : " Comment as-tu connu Allâh ? " Il répondit :

 

 

" Il m'a accordé la pudeur et m'a revêtu de la vigilance. Chaque fois que j'envisage de commettre une désobéissance, je me rappelle la Majesté d'Allâh et j'en ai honte. "

 

 

La connaissance spirituelle est semblable à un arbre doté de 6 branches, dont le tronc est enfoui dans la terre de la certitude et de la reconnaissance, et dont les ramifications sont maintenues grâce à la bonne croyance et à l'affirmation de l'Unicité Divine (at tawhîd).

 

 

- La première branche : c'est la crainte et l'espérance [en Allâh] liées au rameau de la réflexion.

 

 

- La seconde branche : c'est la véracité et la fidélité liées au rameau de la sincérité.

 

 

- La troisième branche : c'est la peur et les pleurs liés au rameau de la piété.

 

 

- La quatrième branche : c'est le contentement et la satisfaction liés au rameau du tawakkul (le fait de s'en remettre totalement à Allâh pour toute chose).

 

 

- La cinquième branche : la vénération et la pudeur liées au rameau de l'apaisement.

 

 

- La sixième branche : c'est la rectitude et la fidélité liées au rameau de l'affection et de l'amour.

 

 

Chaque branche a d'innombrables ramifications symbolisant toutes les sortes du bien comme la véracité dans le traitement [des affaires], la familiarité de la compagnie [d'Allâh], les spécificités de la proximité, la pureté du temps vécu etc...parmi ce que l'on peut décrire. Chaque ramification comporte d'innombrables fruits aux couleurs et saveurs diverses renfermant les lumières de la réussite qui coulent de la source de la Faveur [Divine] et de la Providence. Les personnes occupent à ce sujet des degrés divers et des états différents. Il y en a qui ont saisi des ramifications de cet arbre tout en restant insouciants par rapport à son tronc, privés de ses branches et voilés par rapport à la douceur de ses fruits. Il y en a aussi qui ont saisi l'essentiel en le saisissant entièrement, sans s'arrêter à l'arbre en tant que tel parce qu'ils n'ont vu que leur Maître et leur Créateur. C'est-à-dire que celui qui ne possède pas la lumière provenant du luminaire de la réussite, même s'il collecte tous les livres, tous les textes traditionnels et tous les ahâdîth, il ne fait que s'en éloigner et cela ne fait que le rebuter, car il est semblable à l'âne qui porte des volumes [de livres].

 

 

On rapporta qu'un homme vint demander à l'Imâm 'Alî (que La Paix soit sur lui) : " Enseigne-moi les choses particulières de la science ! " Il lui dit : " Qu'as-tu fait du sommet de la science ? " L'homme lui demanda : " Quel est le sommet de la science ? " 'Alî lui dit : " Connais-tu ton Seigneur ? " L'homme répondit : " Oui. " Il lui dit alors : " Qu'as-tu fait à Son égard ? " L'homme répondit : " Ce qu'Allâh a voulu. " 'Alî lui dit alors : " Vas et maîtrise cela. Lorsque tu le maîtriseras, viens me voir pour t'enseigner les particularités de la science. "

 

 

Et on a dit aussi :

 

 

" La différence entre la science de la connaissance spirituelle (al ma'rifah) et le reste est comparable à la différence entre le vivant et le mort. ". "

 

 

Fin de citation.

 

 

Source : Hâlatu Ahl Il Haqîqati Ma'a Llâh de l'Imâm Ahmad Ar Rifâ'î Al Husaynî (qu'Allâh l'agrée).