Accueil > Biographies de grandes figures de l'Islam > Article

Abû Bakr Ibn Fawrak (Ibn Fûrak) - ابو بكر ابن فورك (d.406)

Oct 30, 2014

mosqure

Il s'agit de l'Imâm Abû Bakr Muhammad Ibn Al Hasan Ibn Fawrak Al Isfahânî Al Ash'arî Ash Shâfi'î, l'un des plus grands théologiens qui ait foulé la Terre, un grand muhaddith, un juriste et un grammairien hors pair. Il fut l'un des grands Imâms de l'école théologique ash'arite.

 

 

C'est ainsi que l'Imâm Muhyi-d-Dîn An Nawawî a dit de lui en parlant de l'Imâm Abû Ishâq Al Isfarâyînî :

 

 

" Al Ustâdh [Al Isfarâyînî] est l'une des trois personnes qui vécurent à la même époque et qui se levèrent afin de défendre l'école du hadîth et de la sunnah dans les questions théologiques, il s'agit ainsi de ceux qui ont défendu l'école du Shaykh Abu-l-Hasan Al Ash'arî. Ce sont Al Ustâdh Abû Ishâq Al Isfarâyînî, Al Qâdî Abû Bakr Al Bâqillânî et Al Imâm Abû Bakr Ibn Fawrak. " [Tahdhîb Ul Asmâ°i Wa-l-Lughât].

 

 

Et le Shaykh Jibrîl Al Haddâd a dit de lui :

 

 

" Il est l'Imâm, le spécialiste de la théologie (al kalâm) et des fondements de la religion (usûl ud dîn), le transmetteur de l'école ash'arite, le spécialiste de la langue arabe, de la grammaire et de la poésie, un orateur, un juriste et un savant du hadîth. Il étudia la 'aqîdah auprès des compagnons de Al Ash'arî tels que Abu-l-Hasan Al Bâhilî et Abû 'Uthmân Al Maghribî qui demanda avant sa mort à ce que Ibn Fawrak préside sa prière funéraire.

 

 

Ibn Fawrak enseigna à Al Qushayrî et Al Bayhaqî qui le citèrent fréquemment dans leurs ouvrages respectifs Ar Risâlah et Al Asmâ° Wa-s-Sifât.

 

 

Il combattit et vainquit les anthropomorphistes karramites (al karrâmiyyah) à Rayy, puis se rendit ensuite à Naysâbûr où il forma des générations de juristes (fuqahâ) dans une école qui fut bâtie pour lui, qui est en fait une extension de l'école de l'ancien soufi Abu-l-Hasan Al Bushanjî.

 

 

A Naysâbûr, il rapporta les ahâdîth des transmetteurs de Bassora et Baghdad, et fut auteur de nombreux ouvrages dans divers domaines scientifiques. " [Sunnah.org].

 

 

Al Qâdî Shams Ud Dîn Ibn Khallikân a dit également à son sujet :

 

 

" Al Ustâdh Abû Bakr Ibn Al Hasan Ibn Fawrak fut un célèbre théologien, philologue, grammairien et prêcheur. Il naquit à Isfahân.

 

 

Il resta pendant un certains temps en Irak, y donnant des cours et pratiquant le ra'î, mais étant donné que les innovateurs répandaient des calomnies à son encontre, il partit pour Naysâbûr suite à l'invitation des habitants de cette même ville. Une école et une maison furent construite pour lui, et, par l'aide du Tout-Puissant, il revivifia de nombreux domaines de sciences. La Grâce Divine qui assistait ses efforts se manifesta clairement à travers l'évolution de ceux qui étudièrent la jurisprudence sous son autorité.

 

 

Le nombre de ses ouvrages dans les fondements de la jurisprudence (usûl ul fiqh), les croyances religieuses et les modes du Qur°ân approche la centaine.

 

 

Il a ensuite été invité dans la ville de Ghazna et y fit de nombreux débats [...] Il montra énormément d'ardeur dans ses réfutations des partisans de Abû 'Abdi Llâh Ibn Karrâm [qui étaient les anthropomorphistes de cette époque].

 

 

Il quitta ensuite cet endroit avec l'intention de retourner à Naysâbûr, mais il mourut empoisonné alors qu'il était en chemin. " [Wafayât Ul A'yân].

 

 

Il quitta Ghazna car les anthropomorphistes réclamaient sa tête après l'avoir accusé de choses farfelues et être allés auprès du sultan de la région afin de colporter leurs calomnies et demander son exécution. Le sultan appela alors l'Imâm Ibn Fawrak afin de le questionner et de lui demander des explications par rapport aux accusations dont il était l'objet. Suite à cela, le Sultan fut clairvoyant et vit bien que ces anthropomorphistes n'étaient que des menteurs. Il rejeta alors leur requête et disculpa officiellement l'Imâm Ibn Fawrak, qui souhaita partir pour disposer de plus de tranquillité. Il mourut cependant en chemin, vraisemblablement suite à un empoisonnement orchestré par les anthropomorphistes de Ghazna dont la perfidie était célèbre et dont la rancœur était grande suite à leurs multiples débats perdus contre lui.

 

 

Al Qâdî Ibn Khallikân poursuivit ensuite en disant :

 

 

" Son corps fut rapatrié à Naysâbûr et fut enterré [au cimetière de] Al Hirah. Le mausolée dans lequel repose sa dépouille est une œuvre remarquable et est régulièrement visité par les gens. Lorsque les gens ont besoin de pluie, ils vont à sa tombe et y font des invocations [pour qu'Allâh amène la pluie], leurs demandes se voient alors systématiquement exaucées. " [Wafayât Ul A'yân].

 

 

Al Imâm Abu-l-Qâsim Ibn 'Asâkir rapporta d'ailleurs qu'un jour, des gens entendirent l'Imâm Abû 'Alî Ad Daqqâq faire des invocations au nom d'un certains nombre de pieuses personnes, puis ils lui demandèrent : " Pourquoi n'avez-vous pas prié au nom de Ibn Fawrak ? " Il répondit : " Pourquoi prierai-je en son nom alors que j'ai déjà invoqué Allâh hier afin qu'Il me guérisse par amour pour Ibn Fawrak ?! "

 

 

Il était également un grand ascète, un vertueux, un authentique soufi. Le Shaykh Abu-l-Hajjâj Al Findalawî Al Mâlikî rapporta que l'Imâm Abû Bakr Ibn Fawrak n'a jamais dormi dans une pièce contenant un exemplaire du Qur°ân, par respect et amour envers le Noble Livre d'Allâh (qu'Il soit glorifié et exalté). Al Imâm Abu-l-Qâsim Al Qushayrî rapporta également qu'il entendit Abû 'Alî Ad Daqqâq raconter ce qui suit :

 

 

" Je suis allé rendre visite à Abû Bakr Ibn Fawrak alors qu'il était malade. Lorsqu'il me vit, il commença à pleurer. Je lui dis alors : " Le Tout-Puissant va te guérir et rétablir ta santé. " Il répondit : " Tu penses que j'ai peur de la mort, mais sache que ma peur provient plutôt de ce qui se passera après la mort. ". " [Risâlah Fî 'Ilm It Tasawwuf].

 

 

Al Qâdî Ibn Khallikân rapporta aussi que l'Imâm Abû Bakr Ibn Fawrak a dit sur les familles construites sur de l'illicite : " Le poids d'une famille est le résultat d'une passion légitime. Quel peut être donc le résultat d'une passion illicite ?! " [Wafayât Ul A'yân].

 

 

On compte parmi ses travaux des chefs d’œuvres comme Mushkil Ul Hadîth Wa Bayânihi et Mujarrad Maqâlât Al Ash'arî.

 

 

Il décéda en 406 de l'Hégire. Qu'Allâh lui fasse miséricorde et agrée son martyr. Qu'Il le ressuscite dans une position de gloire lors du jour de la résurrection et le fasse entrer dans Son Royaume Éternel aux côtés de Son Messager et Bien-Aimé, Sayyidunâ Muhammad (ﷺ). Allâhumma Âmîn.